Show Less
Restricted access

Kann Literatur Zeuge sein?- La littérature peut-elle rendre témoignage ?

Poetologische und politische Aspekte in Herta Müllers Werk - Aspects poétologiques et politiques dans l’œuvre de Herta Müller

Series:

Dorle Merchiers, Jacques Lajarrige and Steffen Höhne

Kann Literatur Zeuge sein? Diese Frage steht im Zentrum der vorliegenden Kongressakten, die aus der Tagung über Herta Müller im November 2012 in Montpellier hervorgegangen sind. Dabei wird das Werk von Herta Müller aus unterschiedlichen und komplementären Blickwinkeln betrachtet: von der Geschichte und der Kulturgeschichte aus, der Ästhetik und der Politik, der Linguistik und der Poetologie, der Psychologie und der Philosophie. Diese Perspektiven verbinden und ergänzen sich, sie beleuchten Spuren einer Ästhetik des Widerstands, die sich in Müllers Werk immer wieder manifestiert, und versuchen gleichzeitig auch erinnerungskulturelle und postkoloniale Fragestellungen auszuloten.
La littérature peut-elle rendre témoignage ? Cette question est au centre du présent volume, qui réunit les actes d’un colloque sur Herta Müller, organisé en novembre 2012 à Montpellier. Les approches sont diverses et complémentaires : historiques et culturelles, esthétiques et politiques, linguistiques et poétologiques, psychologiques et philosophiques. Ces différentes perspectives se conjuguent pour dégager les traces d’une esthétique de la résistance qui se manifeste en de nombreux endroits de l’œuvre de Herta Müller et pour tenter de répondre aux questionnements liés aux cultures de la mémoire et au post-colonialisme.
Show Summary Details
Restricted access

Composition et décomposition: les néologismes subversifs de La Bascule du soufflé: Claire De Oliveira

Extract

CLAIRE DE OLIVEIRA

Composition et décomposition: les néologismes subversifs de La Bascule du souffle

La subversion peut-elle se glisser au cœur des unités du lexique, dans une œuvre littéraire? À l’heure où tout semble avoir été écrit sur la dissidence en référence à un espace donné, à une période historique délimitée, le travail de Herta Müller incite en permanence à se demander si la force subversive du verbe, révélée par ses moindres éléments, n’est pas fondatrice de la modernité littéraire, si elle n’est pas un de ses versants définitoires. Dans la Roumanie ex-communiste, la résistance est toujours en train de chercher sa place dans la conscience historique et critique. Les préjugés hérités du passé, la tendance à dénigrer la dimension d’une critique radicale ou à nier cette dernière n’ont pas facilité l’élaboration d’une réflexion sur le sujet. Le refus de l’oubli, de l’escapisme et de l’indifférence face aux divers systèmes totalitaires a amené Herta Müller, convaincue que la grâce a disparu du monde après le national-socialisme et le stalinisme, à opter pour une esthétique de la résistance: «Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, c’est un soldat SS qui, de retour au pays, m’a engendrée, et je suis née en plein stalinisme. Ce père et cette époque sont deux faits qui empêchent à jamais le retour...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.