Show Less
Restricted access

Kann Literatur Zeuge sein?- La littérature peut-elle rendre témoignage ?

Poetologische und politische Aspekte in Herta Müllers Werk - Aspects poétologiques et politiques dans l’œuvre de Herta Müller

Series:

Dorle Merchiers, Jacques Lajarrige and Steffen Höhne

Kann Literatur Zeuge sein? Diese Frage steht im Zentrum der vorliegenden Kongressakten, die aus der Tagung über Herta Müller im November 2012 in Montpellier hervorgegangen sind. Dabei wird das Werk von Herta Müller aus unterschiedlichen und komplementären Blickwinkeln betrachtet: von der Geschichte und der Kulturgeschichte aus, der Ästhetik und der Politik, der Linguistik und der Poetologie, der Psychologie und der Philosophie. Diese Perspektiven verbinden und ergänzen sich, sie beleuchten Spuren einer Ästhetik des Widerstands, die sich in Müllers Werk immer wieder manifestiert, und versuchen gleichzeitig auch erinnerungskulturelle und postkoloniale Fragestellungen auszuloten.
La littérature peut-elle rendre témoignage ? Cette question est au centre du présent volume, qui réunit les actes d’un colloque sur Herta Müller, organisé en novembre 2012 à Montpellier. Les approches sont diverses et complémentaires : historiques et culturelles, esthétiques et politiques, linguistiques et poétologiques, psychologiques et philosophiques. Ces différentes perspectives se conjuguent pour dégager les traces d’une esthétique de la résistance qui se manifeste en de nombreux endroits de l’œuvre de Herta Müller et pour tenter de répondre aux questionnements liés aux cultures de la mémoire et au post-colonialisme.
Show Summary Details
Restricted access

Au-delà de la langue maternelle: le monolinguisme face à l’altérité linguistique, ou la dimension plurilingue chez Herta Müller: Dirk Weissmann

Extract

DIRK WEISSMANN

Au-delà de la langue maternelle: le monolinguisme face à l’altérité linguistique, ou la dimension plurilingue chez Herta Müller

1.

Comme l’écrit Jean-Marie Prieur dans un article de fond consacré aux «écrivains en contact de langues»: «une grande part de la littérature contemporaine s’articule à des situations de bilinguisme ou de plurilinguisme qui constituent l’arrière-plan chaque fois singulier de l’activité d’écriture».1 Cette affirmation, si elle tranche avec une certaine image de l’écrivain forgée au XIXe siècle,2 ne saurait surprendre dans la mesure où, au sein de la population mondiale, les personnes plurilingues sont aujourd’hui majoritaires par rapport aux monolingues.3 Depuis une cinquantaine d’années, l’importance grandissante du plurilinguisme (qu’il soit individuel, social, territorial ou institutionnel) à l’échelle mondiale transforme un champ littéraire de plus en plus globalisé et de moins en moins monolingue.4 À l’intérieur de cette nouvelle configuration mondiale de la littérature marquée par la mobilité et le métissage, les répercussions du contact entre les langues sur les pratiques d’écriture sont fort nombreuses. S’il est vrai que littérature et plurilinguisme ont longtemps été jugés incompatibles,5 ce n’est manifestement plus le cas ← 155 | 156 → à l’heure actuelle. Dans le domaine allemand, la littérature interculturelle produite en situation de plurilinguisme est communément appelée Chamisso-Literatur, laquelle se définit principalement par le fait que ses auteurs ne sont pas, ou pas exclusivement, de langue maternelle...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.