Show Less
Restricted access

L’Empreinte de la Bible

Récritures contemporaines de mythes bibliques en littérature de jeunesse

Series:

Danièle Henky

La Bible fut un réservoir d’histoires à destination des enfants dès le Moyen Âge en Occident. Aujourd’hui, on puise toujours dans la Genèse ou dans le Nouveau Testament, actualisant des textes fondateurs, afin de les intégrer dans des livres pour la jeunesse. Parodiée, commentée, réinterprétée, la Bible continue de s’offrir comme une sorte de grand vivier de mythes littéraires auquel l’écrivain, qu’il soit croyant ou non, ne se prive pas de recourir.
L'étude des écarts entre le texte originel et sa récriture, pratiquée ici essentiellement à partir d’un corpus d’ouvrages francophones, témoigne des mouvements qui affectent la culture du temps et permet de pointer la manière de faire des auteurs, les effets produits sur l’ouvrage réalisé comme sur le mythe lui-même. Elle révèle aussi la dynamique du mythe biblique à l’œuvre dans les textes destinés aux jeunes et esquisse, parallèlement, une réflexion sur l’évolution de la jeunesse entre héritage et questionnements dans un contexte culturel en constante évolution.
Show Summary Details
Restricted access

Livres de la Création ou la Genèse mise à la portée du jeune lecteur

Extract

Un mythe peut être envisagé comme une tentative, pour une société donnée, d’expliquer le monde. Il est l’un des moyens permettant, par exemple, de se représenter les origines humaines dans un passé immémorial. Il vise dans le même temps à fournir des éléments pour comprendre le présent. La réception des mythes a connu des fortunes diverses. On est passé du mépris pour des histoires de dieux invraisemblables, purement divertissantes, à une tout autre lecture : que voulait-on dire en racontant ces histoires ? À quoi sert un mythe ? Quel parcours de découverte offre-t-il à son lecteur ? Quel enseignement délivre-t-il ? Aujourd’hui, la forme de l’explication supplante la forme du récit. On imagine mal, en effet, que, pour expliquer l’origine de la vie, il suffise de raconter une histoire en invitant les lecteurs à entrer dans un univers fictionnel. La forme moderne appropriée à la transmission de la connaissance est le discours explicatif et non le récit. Il n’en fut pas toujours de même. Dans l’Antiquité par exemple, les histoires mythiques permettaient aussi de parler de sujets importants : en témoigne le mythe d’Œdipe par exemple. Ces récits fondés sur la dramatisation d’une quête de sens semblent avoir été élaborés dans un but didactique et éthique avant tout. Ils transmettent une sagesse plus qu’une connaissance au sens où on l’entend aujourd’hui. Les éléments qui composent un récit mythique ne représentent pas le réel mais ils élaborent...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.