Show Less
Restricted access

Musique, Folie et Nature au Moyen Âge

Les figurations du fou musicien dans les manuscrits enluminés (XIII e -XV e siècles)

Martine Clouzot

Basé sur une anthropologie des images de la musique, ce livre étudie les figurations du fou musicien dans les manuscrits du Moyen Âge. A partir d’un vaste corpus, il en rappelle les fondements antiques et patristiques, les modèles mystiques et politiques, ainsi que les réseaux thématiques. Loin de se limiter au fol de cour, il s’intéresse à l’insipiens des psaumes et à « l’insensé-fou » des décors naturalistes. Le premier, associé à Adam et au démon, appartient aux discours théologiques sur le blasphème et le péché originel. Le second, avec ses grelots et ses clochettes, fait écho à la philosophie naturelle aristotélicienne enseignée aux écoles et aux universités.
Fondées sur les principes de mouvement, d’inversion et de proportion, les images étudiées dans cet ouvrage expriment à la fois la sagesse et le non-sens de la folie, l’harmonie et le chaos de la musique et de la nature. Dans la culture médiévale de l’homme imago Dei, le fou musicien apparaît comme une image visuelle, sonore et mentale interrogeant l’ordre de la Création.
Show Summary Details
Restricted access

Remerciements

Extract



 

Ce livre est issu de mon Habilitation à Diriger des Recherches intitulé « La Musique en images », obtenue à l’Université de Paris 7-Diderot le 26 novembre 2011. Le dossier a été inscrit sous le parrainage de Didier Lett, professeur en histoire médiévale, à qui j’adresse toute ma gratitude pour son efficacité, son sérieux et son humour. Mes remerciements vont aussi aux membres du jury, Giordana Charuty, directrice d’études à l’EPHE, Laurence Moulinier-Brogi, professeure à l’Université de Lyon 2 et Jean-Marie Fritz, professeur à l’Université de Bourgogne, présidés par Jean-Claude Schmitt, directeur d’études à l’EHESS. Leurs travaux respectifs ont été déterminants dans la formation de mon objet d’étude et sa réalisation.

Il me tient à cœur de redire mon amitié et ma profonde gratitude à Jean-Claude Schmitt qui, avec constance, me soutient depuis le début de mes recherches sur « La musique des images ». Sans lui, cette voie vers les musicalités de la nature et de la folie n’aurait pas pu être empruntée. Sa confiance est, et restera, essentielle à ma réflexion.

Mes remerciements vent aussi aux bibliothèques municipales d’Autun, Dijon et Mâcon qui m’ont facilité l’accès aux manuscrits, ainsi que l’obtention des clichés et les droits de reproduction des enluminures.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.