Show Less
Restricted access

Musique, Folie et Nature au Moyen Âge

Les figurations du fou musicien dans les manuscrits enluminés (XIII e -XV e siècles)

Martine Clouzot

Basé sur une anthropologie des images de la musique, ce livre étudie les figurations du fou musicien dans les manuscrits du Moyen Âge. A partir d’un vaste corpus, il en rappelle les fondements antiques et patristiques, les modèles mystiques et politiques, ainsi que les réseaux thématiques. Loin de se limiter au fol de cour, il s’intéresse à l’insipiens des psaumes et à « l’insensé-fou » des décors naturalistes. Le premier, associé à Adam et au démon, appartient aux discours théologiques sur le blasphème et le péché originel. Le second, avec ses grelots et ses clochettes, fait écho à la philosophie naturelle aristotélicienne enseignée aux écoles et aux universités.
Fondées sur les principes de mouvement, d’inversion et de proportion, les images étudiées dans cet ouvrage expriment à la fois la sagesse et le non-sens de la folie, l’harmonie et le chaos de la musique et de la nature. Dans la culture médiévale de l’homme imago Dei, le fou musicien apparaît comme une image visuelle, sonore et mentale interrogeant l’ordre de la Création.
Show Summary Details
Restricted access

2e partie : Natura et musica : ornementalité et musicalité de la folie

Extract

 

Entre le XIIIe et le XVe siècle, les conceptions philosophiques sur les images, le son et la mémoire participent des théories de la connaissance. Les livres enluminés et, avec eux, les figurations de l’insensé, en sont des vecteurs particuliers. Quête, savoir et pratique, la connaissance comprend implicitement la folie et, réciproquement, l’étude de la folie implique celle de la connaissance. Durant toute la période médiévale, les arts libéraux servent de transmetteurs privilégiés dans les relations entre la connaissance et la folie. De par leur fonction médiatrice entre l’homme d’un côté, la sagesse, la nature et Dieu, de l’autre, les sciences du trivium et du quadrivium trouvent en effet une justification morale importante à leur étude dans les monastères, les cathédrales et les universités. En effet, les facultés humaines, à savoir la sensation, l’intellection et la spiritualité, sont censées porter l’homme à faire triompher la connaissance et la sagesse sur la folie. Car, ontologiquement et anthropologiquement, la créature de Dieu possède ces deux capacités en puissance et en acte. Toutefois, les sens et l’intelligence peuvent aussi altérer la faculté de connaître. Cette ambivalence de la nature humaine, qui fait sa force et sa faiblesse, est particulièrement exprimée dans les images de la folie.

Les deux principes de l’inversio et de la proportio jouent un rôle moteur dans les conceptions de la connaissance...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.