Show Less
Restricted access

Musique, Folie et Nature au Moyen Âge

Les figurations du fou musicien dans les manuscrits enluminés (XIII e -XV e siècles)

Martine Clouzot

Basé sur une anthropologie des images de la musique, ce livre étudie les figurations du fou musicien dans les manuscrits du Moyen Âge. A partir d’un vaste corpus, il en rappelle les fondements antiques et patristiques, les modèles mystiques et politiques, ainsi que les réseaux thématiques. Loin de se limiter au fol de cour, il s’intéresse à l’ insipiens des psaumes et à « l’insensé-fou » des décors naturalistes. Le premier, associé à Adam et au démon, appartient aux discours théologiques sur le blasphème et le péché originel. Le second, avec ses grelots et ses clochettes, fait écho à la philosophie naturelle aristotélicienne enseignée aux écoles et aux universités.
Fondées sur les principes de mouvement, d’inversion et de proportion, les images étudiées dans cet ouvrage expriment à la fois la sagesse et le non-sens de la folie, l’harmonie et le chaos de la musique et de la nature. Dans la culture médiévale de l’homme imago Dei, le fou musicien apparaît comme une image visuelle, sonore et mentale interrogeant l’ordre de la Création.
Show Summary Details
Restricted access

3e partie : Les musicalités de l’humanité : hybridité et animalité du fou

Extract

 

Dans le contexte intellectuel aristotélicien des XIIIe et XIVe siècles, l’insensé a été analysé en rapport, d’une part avec la phusis / natura, d’autre part avec l’acoustique et le langage. Il convient à présent d’étudier sa nature morale. Figuré dans les bibles, les psautiers, les bréviaires et les livres d’heures entre 1200 et 1500, l’insipiens dialogue avec les figures d’autorité de l’histoire chrétienne : David, le Christ et Dieu. A des niveaux différents, et plus particulièrement dans les chroniques, les histoires et les romans au XVe siècle, le fou est en relation avec d’autres figures : Orphée, le poète, le berger, le prince et le roi. Ces relations appartiennent à des généalogies mythiques et bibliques porteuses de discours éthiques, politiques et théologiques restés très vivaces pendant tout le Moyen Age. Fondées essentiellement sur l’orphisme, le pythagorisme, le platonisme, le stoïcisme, l’Ancien et le Nouveau Testament, les Epîtres de saint Paul et les commentaires de saint Augustin, elles ont contribué aux transformations de la figure de l’insipiens. Les images du fou, comme celles du jongleur, montrent les « survivances » de ces généalogies culturelles en formant des sortes d’affleurements à la surface des feuillets enluminés. A la manière d’un géologue ou d’un archéologue, elles sont examinées dans ce livre à un moment précis de l’échelle du temps, quand des métamorphoses anciennes se sont solidifiées, alors que d’autres...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.