Show Less
Restricted access

Guerres dans le monde ibérique et ibéro-américain

Actes du XXXVe Congrès de la S. H. F.

Florence Belmonte, Karim Benmiloud and Sylvie Imperato-Prieur

Cet ouvrage réunit les travaux du XXXVe Congrès de la Société des Hispanistes Français (S. H. F.) qui s’est tenu à l’Université Paul Valéry – Montpellier 3 du 20 au 22 mai 2011. Il rassemble une cinquantaine d’articles qui portent non seulement sur l’Espagne, mais aussi sur l’ensemble de la Péninsule Ibérique, sur l’Amérique hispanophone et les territoires lusophones, du XVIe au XXIe siècle. Le volume est divisé en quatre chapitres, « Faire la guerre », « Dire la guerre », « Représenter la guerre » et « Sortir de la guerre », qui recouvrent une large part des champs disciplinaires auxquels s’attache l’hispanisme (Histoire, civilisation, littérature, théâtre, arts plastiques, peinture, musique, cinéma).
L’ouvrage comprend notamment de nombreux articles sur la guerre civile espagnole et le franquisme (dont les deux conférences plénières), mais aussi d’importantes contributions sur l’ensemble du monde ibérique et ibéro-américain (Portugal, Argentine, Colombie, Cuba, Mexique, Paraguay, Pérou, etc.).
Show Summary Details
Restricted access

La guerre et sa mise en écriture dans « En una nit obscura » et « Orleans, 3 quilòmetres » de Mercè Rodoreda (Mònica Güell)

Extract

← 394 | 395 → MÒNICA GÜELL

Université Paris-Sorbonne, C.R.I.M.I.C

Mercè Rodoreda a vécu deux guerres. La première, qu’elle appelait « la revolució », est la guerre civile d’Espagne. Le 24 janvier 1939, après la chute de Barcelone, elle quittait la Catalogne et prenait la route de l’exil vers la France avec un groupe d’intellectuels catalans1. La deuxième guerre mondiale éclata alors qu’elle se trouvait à Roissy-en-Brie. Les lettres que Rodoreda écrivit à Anna Murià entre 1939 et 1956 sont un précieux témoignage, de première main, de cette douloureuse expérience2. Le vécu personnel constitue le socle de certains contes, dont « Orleans, 3 quilòmetres » du recueil Semblava de seda i altres contes3 (1978). « En una nit obscura »4 et « Nit i boira »5 y transcrivent l’expérience d’autrui. Nous nous proposons d’analyser ici la mise en écriture de la guerre dans les contes « En una nit obscura » et « Orleans, 3 quilòmetres » en nous arrêtant sur les titres, les incipit, les images, le rythme des phrases. Ce sont autant de lieux où se fixe une écriture poétique qui relate un autre voyage au bout de la nuit.

Au seuil de l’œuvre, le titre est le premier point de rencontre entre le texte et son lecteur. Selon la distinction de Genette dans Seuils, les titres peuvent être ← 395 | 396 → thématiques ou rhématiques, cette distinction très générale étant elle-même affinée en des...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.