Show Less

« Traduit de l’allemand (Autriche) »

Etude d’un transfert littéraire

Series:

Valérie de Daran

A la croisée d’une sociologie de la traduction et des études de réception, cet ouvrage brosse un panorama des auteurs autrichiens du XXe siècle qui sont à ce jour traduits en français. Quels sont les écrivains autrichiens qui ont réussi à percer en France ? Quels sont ceux qui, traduits en français, sont néanmoins restés méconnus ? Quels sont enfin ceux pour qui aucun éditeur français, ou traducteur, n’a voulu se risquer ? L’ouvrage tente une analyse des conditions de transfert et de réception de la littérature autrichienne contemporaine en France, et des stratégies que déploient éditeurs, traducteurs et critiques pour rendre acceptables les textes qui porteront la mention « traduit de l’allemand (Autriche) ». La réflexion est étayée par ailleurs de comptes-rendus d’expérience personnelle.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Introduction 1

Extract

Introduction D’un côté: la traduction. De l’autre: les théories (sociologie, histoire, linguistique, stylistique et autres traductologies) de la traduction. Deux pôles opposés, voire irréconciliables? Les praticiens, souvent, déni- grent la théorie, ou se placent au-dessus d’elle, les théoriciens vampi- risent le travail des praticiens sans toujours prendre la peine de consul- ter ces derniers. Si l’on traduit beaucoup aujourd’hui, à la faveur de l’ouverture des frontières, de l’élargissement européen et d’une circu- lation des textes devenue planétaire, on théorise sur le traduire plus encore qu’on ne traduit. Dans l’enseignement supérieur et la recherche universitaire, et pas seulement en France, se sont développés, surtout ces trente dernières années, une science, la «traductologie1», et son produit dérivé, la «méthodologie de la traduction»; en linguistique, on assiste à l’essor de la linguistique dite «contrastive» qui étudie et compare les traductions d’un même texte dans une ou plusieurs langues. Dans un vertigineux empilement méta-théorique, on va jus- qu’à forger des théories sur la théorie, ajournant ainsi le contact avec la pratique et les praticiens. Par ailleurs, il faut reconnaître que peu de 1 «Longtemps considérée comme une activité secondaire, sinon méprisable, en tout cas sujette à critiques, la traduction a suscité, depuis les années 1970 envi- ron, un regain d’études qui ont mis l’accent sur le rôle à la fois incommode et ir- remplaçable qu’elle...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.