Show Less

Traduire les savoirs

Series:

Danielle Londei and Matilde Callari Galli

Cet ouvrage présente quelques-unes des nombreuses problématiques de la traduction contemporaine, de l’interprétation des diversités culturelles aux questions posées par les transmissions et les traductions des savoirs. Il s’agit d’offrir une réflexion sur les différentes formes de médiations culturelles qui sont spécifiques des comportements humains et de la communication, tant dans les langages que dans l’écriture ou d’autres formes expressives.
La traduction est omniprésente, pluridisciplinaire ; elle répond à la complexité de la communication et de l’interculturalité et elle interroge les diversités culturelles qui cohabitent, se contaminent et disparaissent.
La pensée et les savoirs sont au centre de ces questions et la compétence à les traduire ou à les interpréter devient une aire de recherche qui dépasse le champ strictement professionnel pour s’étendre au domaine des sciences humaines et sociales ou à celui des arts.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Pierre-Emmanuel DAUZAT Portrait du traducteur en bricoleur 15

Extract

Pierre-Emmanuel DAUZAT Portrait du traducteur en bricoleur – J’ai une grande nouvelle à vous apprendre: je viens de donner mon Horace au public. – Comment! dit le géomètre, il y a deux mille ans qu’il y est. – Vous ne m’entendez pas, reprit l’autre: c’est une traduction de cet ancien auteur que je viens de mettre au jour; il y a vingt ans que je m’occupe à faire des traductions. – Quoi! Monsieur, dit le géomètre, il y a vingt ans que vous ne pensez pas? Vous parlez pour les autres, et ils pensent pour vous? – Monsieur, dit le savant, croyez- vous que je n’aie pas rendu un grand service au public, de lui rendre la lecture des bons auteurs familière? – Je ne dis pas tout à fait cela: j’estime autant qu’un autre les sublimes génies que vous travestissez. – Mais vous ne leur ressemble- rez point: car, si vous traduisez toujours, on ne vous traduira jamais. Les traduc- tions sont comme ces monnaies de cuivre qui ont bien la même valeur qu’une pièce d’or et même sont d’un plus grand usage pour le peuple; mais elles sont toujours faibles et d’un mauvais aloi. Vous voulez, dites-vous, faire renaître parmi nous ces illustres morts, et j’avoue que vous leur donnez bien un corps; mais vous ne leur rendez pas la vie: il y manque toujours un esprit pour les animer. Que ne vous appliquez-vous plutôt à la recherche de tant de belles vérités qu’un calcul facile...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.