Show Less

Traduire les savoirs

Series:

Danielle Londei and Matilde Callari Galli

Cet ouvrage présente quelques-unes des nombreuses problématiques de la traduction contemporaine, de l’interprétation des diversités culturelles aux questions posées par les transmissions et les traductions des savoirs. Il s’agit d’offrir une réflexion sur les différentes formes de médiations culturelles qui sont spécifiques des comportements humains et de la communication, tant dans les langages que dans l’écriture ou d’autres formes expressives.
La traduction est omniprésente, pluridisciplinaire ; elle répond à la complexité de la communication et de l’interculturalité et elle interroge les diversités culturelles qui cohabitent, se contaminent et disparaissent.
La pensée et les savoirs sont au centre de ces questions et la compétence à les traduire ou à les interpréter devient une aire de recherche qui dépasse le champ strictement professionnel pour s’étendre au domaine des sciences humaines et sociales ou à celui des arts.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Elio BALLARDINI Traduire devant un juge 359

Extract

359 Elio BALLARDINI Traduire devant un juge Introduction Depuis quelques années, on observe dans les domaines de la traductologie, de la linguistique et du droit un certain intérêt pour l’usage des langues dans l’administration de la justice. Cette atten- tion est liée à des motivations multiples, à la fois théoriques et pra- tiques. Entre autres, la nécessité de se pencher sur les problèmes que posent de nos jours, dans un contexte de plus en plus internationalisé et réglementé, les déplacements des personnes – sous forme de migra- tions, de tourisme ou autre – et les nombreux épiphénomènes d’ordre culturel, social, juridique et linguistique qui en découlent. La juris- prudence, la doctrine et le droit comparé prouvent bien l’importance du sujet et les essais traductologiques et (juri)linguistiques ne sont pas en reste pour le confirmer. La grande majorité de ces contributions porte sur l’écrit: la langue du droit, la traduction du droit, le droit à la traduction et ainsi de suite. Pour- tant, l’image qu’utilise Gérard Cornu dans sa Linguistique juridique pour rappeler «la prééminence de la parole sur l’écriture» est efficace: […] le droit a mille bouches, qui correspondent non seulement aux sources formelles proprement dites du droit (loi en ses textes, coutume en ses dictons, maximes et adages), mais à toutes les voix qui se mêlent dans la création ou la réalisation du droit. (1990: 217) Et de préciser encore: […] tout se passe comme si...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.