Show Less

Textes sacrés et culture profane : de la révélation à la création

Series:

Edited By Mélanie Adda

Cet ouvrage, partiellement issu de réflexions engagées lors du colloque interdisciplinaire « Textes sacrés, Arts et Sciences » (dirigé par Mélanie Adda, INHA, Paris, 11-12 janvier 2008), traite dans une double perspective de la relation entre les textes sacrés et la culture profane qui s’y rapporte ou qui s’y heurte. Les auteurs se sont d’abord interrogés sur la possibilité d’une définition en intension de la sacralité textuelle. En observant le devenir de critères propre à la définir (comme l’origine divine) dans des contextes aussi différents que le judaïsme hellénistique, le Moyen Âge chrétien ou encore le confucianisme, les études de ce volume mettent en lumière la complexité de la notion de texte sacré, qui ne peut sans doute recevoir d’autre définition qu’en extension.
L’autre objectif de ce recueil est d’étudier la réception des textes sacrés dans les civilisations et les cultures profanes dont ils sont les principaux fondements, en observant non seulement le statut que l’objet profane reconnaît au texte sacré auquel il emprunte, se consacre ou s’oppose, mais aussi le statut que ce même objet profane s’attribue alors à lui-même ou se voit attribuer.
Ce double aspect de la réception du texte sacré est étudié à travers diverses productions culturelles, des plus directement liées à la source sacrée – comme les apocryphes, les traductions, l’exégèse et les enluminures –, aux plus indépendantes – comme la création littéraire –, en passant par celles qui, comme certaines sciences positives, doivent contourner le texte sacré, ou encore celles qui le détournent à des fins polémiques ou politiques.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Delphine BELLIS Le Monde de Descartes et la Genèse : une dialectique de la lecture du texte sacré et de l’écriture du texte scientifique 139

Extract

Le Monde de Descartes et la Genèse : une dialectique de la lecture du texte sacré et de l’écriture du texte scientifique Delphine BELLIS Université Paris-Sorbonne Radboud Universiteit Nijmegen Dans un texte intitulé Le Monde, rédigé en français entre 1630 et 1633, Descartes cherche à exposer une partie de sa physique. Pour cela, il ne prétend pas établir par une stricte déduction les principes de cette physique et les lois qui en découlent. Il préfère partir de quelques principes et règles simples, et montrer qu’ils sont en mesure de rendre compte de tous les phénomènes physiques de notre Terre. Descartes va ainsi proposer une fiction génétique grâce à laquelle il va recréer par la pensée un « autre » monde à partir d’un amas de matière auquel il applique ses principes et les lois du mouvement : […] je me résolus de laisser tout ce Monde ici à leurs disputes, et de parler seulement de ce qui arriverait dans un nouveau, si Dieu créait maintenant quelque part, dans les Espaces Imaginaires, assez de matière pour le composer, et qu’il agitât diversement et sans ordre les diverses parties de cette matière, en sorte qu’il en composât un Chaos aussi confus que les Poètes en puissent feindre, et que, par après, il ne fît autre chose que prêter son concours ordinaire à la Nature, et la laisser agir suivant les Lois qu’il a établies1....

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.