Show Less

Jacques Bainville - Profils et réceptions

Series:

Edited By Olivier Dard and Michel Grunewald

Issu d’un colloque organisé les 13 et 14 mai 2009 à l’université Paul Verlaine – Metz avec le soutien de la Maison des Sciences de l’Homme Lorraine ainsi que du Centre Régional Universitaire Lorrain d’Histoire et du Centre d’Etudes Germaniques Interculturelles de Lorraine, le présent volume consacré à Jacques Bainville (1879-1936) s’inscrit dans le cadre d’une série de publications relatives à l’Action française et à ses réceptions. Les 13 contributions de spécialistes français et étrangers qu’il regroupe ont pour objet d’analyser et de confronter les différents profils et les réceptions de cette figure de proue de l’Action française et de la Revue universelle dont différents ouvrages majeurs ont été récemment réédités. Sont ainsi examinées différentes facettes du personnage (l’historien, le journaliste économique, le géopoliticien) et différents temps forts de son activité et de son rayonnement en France (premier conflit mondial, hommage posthume). Le volume met aussi l’accent sur un aspect jusque-là largement ignoré des études bainvilliennes : sa réception à l’étranger. L’ouvrage envisage en particulier les cas allemand, américain, anglais, belge, portugais et roumain.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Christophe DICKÈS Jacques Bainville, une géopolitique française 43

Extract

Jacques Bainville, une géopolitique française Christophe DICKÈS Université Paris 4 Jacques Bainville, une géopolitique française. Le titre de cette intervention peut paraître anachronique. Ce n’est pas le cas: à l’époque de Bainville, la géopolitique était un concept nouveau, certes, mais un concept existant. Le Suédois Rudolf Kjellén, en 1916 le définit de la manière suivante dans son livre majeur L’Etat comme forme de vie: «La géopolitique, dit-il, est la science de l’Etat en tant qu’organisme géographique, tel qu’il se manifeste dans l’espace.»1 Kjellén écrit sous l’influence de l’Allemand Friedrich Ratzel, père de la géopolitique allemande. Or il existe une géopolitique allemande et une géopolitique américaine ainsi qu’une école anglaise, mais peut-on parler d’école française? L’école géopolitique française a longtemps été considérée comme une réponse à l’expansionnisme et au déterminisme allemands, comme une contestation de l’approche géopolitique allemande. Dans son ouvrage Géopolitique, Constantes et changements dans l’Histoire, Aymeric Chauprade conteste cette idée en s’appuyant sur les œuvres de Turgot,2 de Montesquieu, mais aussi sur le fameux Testament politique du cardinal de Richelieu. Il note que dans ces ouvrages apparaît une conception française de la géopolitique: «Le paradoxe de la France, c’est qu’elle est sans doute l’une des premières nations à avoir développé une pensée géopolitique, sans toutefois avoir utilisé le terme.»3 Le...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.