Show Less

Jacques Bainville - Profils et réceptions

Series:

Edited By Olivier Dard and Michel Grunewald

Issu d’un colloque organisé les 13 et 14 mai 2009 à l’université Paul Verlaine – Metz avec le soutien de la Maison des Sciences de l’Homme Lorraine ainsi que du Centre Régional Universitaire Lorrain d’Histoire et du Centre d’Etudes Germaniques Interculturelles de Lorraine, le présent volume consacré à Jacques Bainville (1879-1936) s’inscrit dans le cadre d’une série de publications relatives à l’Action française et à ses réceptions. Les 13 contributions de spécialistes français et étrangers qu’il regroupe ont pour objet d’analyser et de confronter les différents profils et les réceptions de cette figure de proue de l’Action française et de la Revue universelle dont différents ouvrages majeurs ont été récemment réédités. Sont ainsi examinées différentes facettes du personnage (l’historien, le journaliste économique, le géopoliticien) et différents temps forts de son activité et de son rayonnement en France (premier conflit mondial, hommage posthume). Le volume met aussi l’accent sur un aspect jusque-là largement ignoré des études bainvilliennes : sa réception à l’étranger. L’ouvrage envisage en particulier les cas allemand, américain, anglais, belge, portugais et roumain.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Ana Isabel SARDINHA DESVIGNES Jacques Bainville au temps de Salazar: traductions, lectures et usages 209

Extract

Jacques Bainville au temps de Salazar: traductions, lectures et usages Ana Isabel SARDINHA DESVIGNES Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle Les traductions de Jacques Bainville au Portugal: une donnée non probante En 1937, la vieille et prestigieuse maison d’édition portugaise, Civilização, publiait une traduction des Dictateurs de Jacques Bainville. Parue en 1935, un an avant la mort de l’historien de l’Action française, l’œuvre en question, nous le savons aujourd’hui, n’est pas une production strictement bainvil- lienne. Lucien Rebatet et Robert Brasillach y auraient joué le rôle de véri- tables co-auteurs et il devient difficile de déterminer avec exactitude quelle est la véritable part de Jacques Bainville dans la composition de l’œuvre. Les précautions d’usage dans son maniement sont donc plus que souhai- tables.1 A l’époque, pourtant, ces informations n’étaient connues en France que d’un petit cercle et, au Portugal, elles ne signifiaient pas grand-chose. L’important, en revanche, était de traduire et de diffuser l’œuvre. Or, traduire Bainville en portugais, dans un pays où la bourgeoise et les élites politiques et intellectuelles lisaient en français depuis plus d’un siècle et tenaient à garder cette forme d’identification sociale, était tout sauf un geste anodin. Il s’inscrivait en effet dans la machinerie de propagande ayant servi à consolider l’Estado Novo de Salazar tout au long des années trente. Sous la houlette du charismatique responsable du Secrétariat de la Propagande Nationale (SPN), António Ferro, protecteur des écrivains modernistes au...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.