Show Less

Jacques Bainville - Profils et réceptions

Series:

Edited By Olivier Dard and Michel Grunewald

Issu d’un colloque organisé les 13 et 14 mai 2009 à l’université Paul Verlaine – Metz avec le soutien de la Maison des Sciences de l’Homme Lorraine ainsi que du Centre Régional Universitaire Lorrain d’Histoire et du Centre d’Etudes Germaniques Interculturelles de Lorraine, le présent volume consacré à Jacques Bainville (1879-1936) s’inscrit dans le cadre d’une série de publications relatives à l’Action française et à ses réceptions. Les 13 contributions de spécialistes français et étrangers qu’il regroupe ont pour objet d’analyser et de confronter les différents profils et les réceptions de cette figure de proue de l’Action française et de la Revue universelle dont différents ouvrages majeurs ont été récemment réédités. Sont ainsi examinées différentes facettes du personnage (l’historien, le journaliste économique, le géopoliticien) et différents temps forts de son activité et de son rayonnement en France (premier conflit mondial, hommage posthume). Le volume met aussi l’accent sur un aspect jusque-là largement ignoré des études bainvilliennes : sa réception à l’étranger. L’ouvrage envisage en particulier les cas allemand, américain, anglais, belge, portugais et roumain.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Résumés 241

Extract

Résumés Résumés Guillaume Gros La postérité et les travaux scientifiques ont surtout retenu dans l’héritage bainvillien, au-delà du journaliste, la figure de l’historien engagé, prophète et visionnaire, ainsi que son rôle de représentant d’une école historique dite «capétienne» dont l’objectif était de réhabiliter l’Ancien Régime. Après avoir publié ses premiers ouvrages à la Nouvelle librairie nationale, J. Bainville s’affirme, à partir de 1924, avec son Histoire de France, dans la collection les «Grandes études historiques» chez Fayard. De son succès éditorial découle, chose inhabituelle, sa légitimité d’historien et surtout un positionnement historiographique qui tend à l’imposer comme un «repous- soir» pour l’Université. La pratique quotidienne de toutes les formes de jour- nalisme, dans le contexte très politisé des années trente, conduit Jacques Bainville à se faire historien de l’immédiat avec son Histoire de la IIIe République alors que l’Université délaisse l’arène politique. Cette capacité à saisir l’actualité, à travers le prisme d’une culture antirépublicaine, pour mieux restituer l’histoire, à partir des enjeux du présent, fonde la démarche d’un historien qui sait aussi réfléchir sur la manière dont on écrit l’histoire (Nouveau dialogue dans le Salon d’Aliénor en 1926) en se réclamant du romantique Jules Michelet, partisan d’une histoire subjective contre Charles Seignobos, le représentant de l’histoire scientifique. Olivier Dard Les biographies et les travaux sur Jacques Bainville sont focalisés, à raison, sur ses réflexions en...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.