Show Less

Réformer l’évaluation scolaire : mission impossible ?

Series:

Edited By Béatrice Gilliéron Giroud and Ladislas Ntamakiliro

L’ouvrage présente un bilan de trente années de réformes des systèmes d’évaluation scolaire en Suisse romande. Les différentes contributions sont regroupées en deux parties. Dans la première, après un regard historicocritique des innovations, une analyse detaillée de leur mise en œuvre dans les cantons de Berne, Genève et Vaud, qui ont engagé les changements les plus ambitieux, est développée. Elle se termine par une mise en perspective des nouveaux chantiers de réformes scolaires entrepris au niveau suisse. La deuxième partie porte, de manière plus ciblée, sur quatre aspects majeurs de changements de pratiques : l’évaluation des compétences, les épreuves externes, les relations famille-école et le dossier d’évaluation. Enfin, une synthèse des contributions et une discussion concluent l’ouvrage. Les problématiques présentes et futures, liées aux réformes de l’évaluation scolaire, ainsi que la place de l’expertise pédagogique, sont mises en débat.
Ce bilan des innovations engagées en Suisse romande trouvera écho dans de nombreux autres pays traversés par les mêmes mouvements de réforme de l’évaluation scolaire.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

La réforme à l’épreuve de l’évaluation dans le canton de Vaud Alex Blanchet 79

Extract

Alex Blanchet La réforme à l’épreuve de l’évaluation dans le canton de Vaud De l’orientation à l’évaluation Comme plusieurs autres contrées francophones, le canton de Vaud s’est lancé, dès le début des années 1990, dans un intense travail de réforme des structures et des pratiques pédagogiques. La particularité du système scolaire vaudois est que les degrés primaires ne recouvrent que les quatre premières années de l’école obligatoire. L’orientation des élèves en trois différentes filières, clairement hiérarchisées quant à leurs exigences et à leurs débouchés, s’effectuait, avant la réforme, au début du secondaire, c’est-à-dire au cours de la 5e année. Cette orientation précoce, rapide (ef- fectuée en fait en quelques mois) et sévère (moins d’un tiers des élèves étaient orientés vers la voie la plus exigeante) était considérée comme très stressante par les élèves, les enseignants et les parents. Reposant essen- tiellement sur des évaluations chiffrées, l’orientation a conduit à remettre en cause les procédures d’évaluation. Le processus d’orientation, moment crucial du cursus scolaire, se présentait en effet de manière assez caricaturale jusqu’en 1997. La dé- cision était prise essentiellement sur la base d’une moyenne générale, calculée au dixième (ou même au centième!), dans laquelle toutes les branches scolaires étaient prises en compte, par un jeu de coefficients...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.