Show Less

Raymond Aron et l’Europe

Itinéraire d’un Européen dans le siècle

Series:

Olivier de Lapparent

L’engagement européen de Raymond Aron est méconnu. Au mieux, on entrevoit qu’il rejette dos à dos Monnet et De Gaulle, preuve de son euroscepticisme supposé. Au pire, on le considère comme le chantre d’un atlantisme forcené où l’Europe est assujettie aux Etats-Unis. La question ne se règle pas aussi facilement. Il s’agit d’étudier l’itinéraire européen d’Aron tout au long de ses actions de militant et de ses écrits, dès ses premiers articles au début des années trente jusqu’à ses derniers éditoriaux en octobre 1983. Comment a-t-il pensé l’Europe à travers ses livres, articles, cours et conférences ? Quel Européen se bat pour quelle forme d’Europe ? Croit-il en une identité européenne spécifique ?
En abordant des thèmes récurrents dans les travaux d’Aron, comme le devoir de responsabilité de l’intellectuel, la question du déterminisme historique, la dénonciation de l’idéologie et de ses dangers, la lutte contre le totalitarisme, l’analyse des relations internationales et la problématique de l’hypothétique crise ou décadence de la civilisation occidentale, ce livre a pour ambition d’éclairer par un prisme original – l’Europe – la figure d’un des plus grands intellectuels français du XX e siècle.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre I Aron, le spectateur engagé du siècle 11

Extract

Chapitre I Aron, le spectateur engagé du siècle1 «Je me suis dès longtemps reconstruit ma biographie intellectuelle: avant la classe de philosophie, la nuit; à partir de la classe de philoso- phie, la lumière2». Né le 14 mars 1905, Aron découvre la philosophie au cours de l’année scolaire 1921-1922. Celle-ci va faire naître l’homme avant que la politique ne fasse naître le citoyen. Après une Khâgne au Lycée Condorcet, il intègre en 1924, la même année que Sartre, l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm. Après un diplôme d’études supérieures sur La Notion d’intemporel dans la philosophie de Kant (1927), il étudie la biologie, et tout particulièrement la géné- tique. Paul Nizan, Emmanuel Mounier et Raymond Aron, tous nés en 1905, obtiennent l’agrégation de philosophie en 1928. Aron subit l’influence des maîtres à penser français de l’époque: Alain, Bergson, Brunschvicg. Athée et pacifiste, il est déjà politisé. Il vote, suit les débats parlementaires et est inscrit un court moment (1926) à la SFIO. Le jeune agrégé de philosophie découvre la politique en Allemagne et sera vite prêt à affronter les excès d’un siècle de guerres, de troubles et de progrès. Le virus de la politique et la passion du journalisme, 1 Ce chapitre a pour objectif de brosser sommairement le portrait d’Aron, intellec- tuel du vingtième siècle,...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.