Show Less

Raymond Aron et l’Europe

Itinéraire d’un Européen dans le siècle

Series:

Olivier de Lapparent

L’engagement européen de Raymond Aron est méconnu. Au mieux, on entrevoit qu’il rejette dos à dos Monnet et De Gaulle, preuve de son euroscepticisme supposé. Au pire, on le considère comme le chantre d’un atlantisme forcené où l’Europe est assujettie aux Etats-Unis. La question ne se règle pas aussi facilement. Il s’agit d’étudier l’itinéraire européen d’Aron tout au long de ses actions de militant et de ses écrits, dès ses premiers articles au début des années trente jusqu’à ses derniers éditoriaux en octobre 1983. Comment a-t-il pensé l’Europe à travers ses livres, articles, cours et conférences ? Quel Européen se bat pour quelle forme d’Europe ? Croit-il en une identité européenne spécifique ?
En abordant des thèmes récurrents dans les travaux d’Aron, comme le devoir de responsabilité de l’intellectuel, la question du déterminisme historique, la dénonciation de l’idéologie et de ses dangers, la lutte contre le totalitarisme, l’analyse des relations internationales et la problématique de l’hypothétique crise ou décadence de la civilisation occidentale, ce livre a pour ambition d’éclairer par un prisme original – l’Europe – la figure d’un des plus grands intellectuels français du XX e siècle.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre IV L’Europe entre économie et politique 39

Extract

Chapitre IV L’Europe entre économie et politique En 1950, rien n’annonce le réveil de l’Europe. Les gouvernants ne semblent pas vouloir accepter la nouvelle donne mondiale: «Rarement des peuples, héritiers d’une grande civilisation, ont autant laissé faire aux dieux, c’est à dire autant manqué à leur devoir1». Pourtant, l’Europe doit accepter d’être inscrite dans les relations internationales comme objet de convoitise. Elle «continue d’être la seule région du globe, le seul ensemble de pays, qui détienne les ressources humaines, scientifiques, industrielles, suffisantes pour mettre sur pied, équiper et entretenir une grande armée2». Le leadership d’une alliance euro- péenne est dorénavant un élément de la définition de la superpuis- sance. Une superpuissance manifeste l’importance de ses moyens par une accumulation quantitative d’armements et affiche sa vocation stratégique mondiale en étant omniprésent dans de nombreux espaces de conflits. Une superpuissance est surtout un acteur présent en Eu- rope, face à l’autre: La structure de la diplomatie a donc subi deux modifications […]: l’unification du champ d’action appelée à la fois par les progrès de la tech- nique et la solidarité politique et militaire des continents; la concentration de la puissance des deux Etats géants situés à la périphérie de la civilisation occi- dentale […] Dès lors, inévitablement, les pays situés entre les centres améri- cains et russes font figure de territoires contestés.3 1 Raymond Aron, «Destin de l’Europe», Le Figaro, 19 décembre 1950....

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.