Show Less

Interpréter les temps verbaux

Series:

Edited By Nelly Flaux, Dejan Stosic and Co Vet

N’arrose pas ton jardin. Dans une heure, il a plu. Cet énoncé, à la fois naturel et paradoxal, montre bien à quel point la description des temps verbaux relève souvent de la gageure: au linguiste, ici, d’expliquer ce qui permet d’utiliser le passé composé pour exprimer un fait du futur. Au linguiste aussi de démêler l’inextricable, chaque forme verbale étant prise dans un réseau de contraintes temporelles, aspectuelles et contextuelles ; d’expliquer les différences entre les systèmes des temps verbaux d’une langue à l’autre ou d’une même langue au cours de son évolution. Cette complexité empirique a forcément des conséquences sur les choix méthodologiques et théoriques à effectuer. Plus un fait de langue est riche et complexe, plus la nécessité de proposer et d’opposer les approches différentes s’impose. Un des objectifs de ce volume est précisément de permettre la confrontation de plusieurs cadres théoriques et de fournir l’occasion d’évaluer leur caractère opératoire sur un certain nombre de données particulièrement récalcitrantes.
Quelques-uns des plus grands spécialistes de la sémantique de la temporalité relèvent, dans ce recueil, certains des défis lancés par la description des temps verbaux de plusieurs langues européennes.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Co Vet L’interprétation des formes composées 11

Extract

L’interprétation des formes composées Co VET, Rijksuniversiteit Groningen 1. Introduction1 Dans cet article, nous nous attacherons à étudier le sens des formes compo- sées du français. Certains auteurs (Reichenbach 1966 et Verkuyl 2008) propo- sent des analyses non aspectuelles selon lesquelles les formes composées sont ce que j’appelle des ‘antérieurs’: elles donnent l’instruction de situer le procès avant un point référentiel. Kamp et Reyle (1993) et de Swart (2007) conçoi- vent les formes composées comme donnant l’instruction d’introduire dans la représentation discursive tant le procès que son état résultant. Les proposi- tions de ces auteurs laissent ouvertes des questions importantes. Il se trouve, par exemple, que les formes composées n’ont pas toutes le même compor- tement. Une partie de ces formes a toujours la même interprétation (aspect résultatif), tandis que le passé composé et le plus-que-parfait expriment tantôt l’aspect résultatif et tantôt l’antériorité, selon le contexte. Notre analyse est basée sur l’idée que le système verbal du français se compose d’un sous- système temporel et d’un sous-système aspectuel.2 Après avoir examiné, dans les sections 2 et 3, les propositions de Reichenbach, de Verkuyl et de Kamp et Reyle, nous formulerons, dans la section 4, des règles qui sont capables de décrire correctement les sens de toutes les formes composées et surcompo- sées du français. Dans la...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.