Show Less

Les Incertitudes de la présence

Identités narratives et expérience sensible dans la littérature contemporaine de langue française- Algérie-France-Québec

Daniel Marcheix

Les parcours identitaires fictifs que donnent à lire de nombreux récits contemporains se nourrissent de leur ancrage dans la phénoménalité du sensible. Cet ouvrage est consacré à l’étude de cette corrélation, aux modalités de sa mise en discours et à ses effets en termes de signification. Les œuvres analysées sont algériennes, françaises, québécoises et appartiennent donc à la littérature de langue française considérée en extension, sans les insidieuses hiérarchisations dont est trop souvent porteuse la notion de littérature francophone. L’auteur y examine les opérations énonciatives et narratives par lesquelles se déploient les expériences sensibles de personnages qui sont d’abord et avant tout des corps sentants et percevants. Puis il montre comment de ces modes de présence au monde sensible surgissent des formes de vie qui sont précisément les manifestations signifiantes d’identités conçues comme des effets induits par les ressources formelles des textes.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Introduction 1

Extract

Introduction Dans l’introduction à son Bréviaire de littérature à l’usage des vivants, Pierre Bergounioux justifie son projet anthologique en affirmant que «[l]a littérature ne mériterait pas une heure de peine si elle ne jetait sur notre destinée, qui nous est essentiellement obscure, des clartés qui ne sont que d’elle.» (2004: 12). Ces «clartés», qui «s’apparentent à celles que les sciences introduisent dans les choses, dont elles nous rendent possesseurs et maîtres», permettent à la littérature d’«explicit[er] l’expé- rience commune» (idem), offrant ainsi à l’humanité un précieux moyen de s’emparer, comme dans un très socratique miroir, de son propre être. Il est vrai qu’en tant que forme particulière du discours social, la littéra- ture constitue un lieu privilégié où émergent toutes les formes de ques- tions que l’identité et ses succédanés – la quête identitaire, la crise d’identité ou encore la perte d’identité – peuvent soulever. De sorte que, comme l’avance Paul Ricœur, «la littérature s’avère consister en un vaste laboratoire pour des expériences de pensée où sont mises à l’épreuve du récit les ressources de variation de l’identité narrative.» (1996: 176). Ce- la semble tout particulièrement vrai pour les fictions contemporaines qui, cédant à ce que Viart et Vercier appellent «la pression du monde» (2005:14), ont remis au cœur de leurs préoccupations des questions que le formalisme ambiant des années 1960-1980 avait occultées. Ainsi...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.