Show Less

Les Incertitudes de la présence

Identités narratives et expérience sensible dans la littérature contemporaine de langue française- Algérie-France-Québec

Daniel Marcheix

Les parcours identitaires fictifs que donnent à lire de nombreux récits contemporains se nourrissent de leur ancrage dans la phénoménalité du sensible. Cet ouvrage est consacré à l’étude de cette corrélation, aux modalités de sa mise en discours et à ses effets en termes de signification. Les œuvres analysées sont algériennes, françaises, québécoises et appartiennent donc à la littérature de langue française considérée en extension, sans les insidieuses hiérarchisations dont est trop souvent porteuse la notion de littérature francophone. L’auteur y examine les opérations énonciatives et narratives par lesquelles se déploient les expériences sensibles de personnages qui sont d’abord et avant tout des corps sentants et percevants. Puis il montre comment de ces modes de présence au monde sensible surgissent des formes de vie qui sont précisément les manifestations signifiantes d’identités conçues comme des effets induits par les ressources formelles des textes.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

4. La temporalité tragique de la «maudissure» dans Le Renard dans le nom de Richard Millet 71

Extract

4. La temporalité tragique de la «maudissure» dans Le Renard dans le nom de Richard Millet Publié en 2003, Le Renard dans le nom1, de Richard Millet se présente comme une chronique des temps anciens «sur les hautes terres limousi- nes» (R 14). Le récit donne en effet à entendre une voix dont on sait seu- lement qu’elle est celle d’une femme qui a vécu jadis à Siom, petit bourg isolé du Plateau de Millevaches, à une époque où sont survenus des évé- nements tragiques: le viol et le meurtre d’une jeune fille. Elle raconte ce passé trouble à son fils qui, auditeur attentif, n’interrompt que rarement et brièvement sa longue narration orale, qui court d’un bout à l’autre du texte de Millet. Ainsi le texte offre-t-il deux niveaux narratifs. L’un, ex- tradiégétique, a pour narrateur le fils lui-même qui rapporte la narration de sa mère, se contentant de quelques questions ou de rares commen- taires. Le second, intradiégétique, est constitué par le récit que fait la mère à la troisième personne du singulier du sombre destin de Pierre- Marie Lavolps, «[u]n idiot» (R 23) marginalisé à la beauté dérangeante, accusé du viol et du meurtre de Christine Râlé. Le rappel du passé est donc médiatisé par une narration actorielle et mémorielle ancrée dans le présent de la profération et de la réception. De ce constat découle l’hypo- thèse selon laquelle l’instance...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.