Show Less

Les Incertitudes de la présence

Identités narratives et expérience sensible dans la littérature contemporaine de langue française- Algérie-France-Québec

Daniel Marcheix

Les parcours identitaires fictifs que donnent à lire de nombreux récits contemporains se nourrissent de leur ancrage dans la phénoménalité du sensible. Cet ouvrage est consacré à l’étude de cette corrélation, aux modalités de sa mise en discours et à ses effets en termes de signification. Les œuvres analysées sont algériennes, françaises, québécoises et appartiennent donc à la littérature de langue française considérée en extension, sans les insidieuses hiérarchisations dont est trop souvent porteuse la notion de littérature francophone. L’auteur y examine les opérations énonciatives et narratives par lesquelles se déploient les expériences sensibles de personnages qui sont d’abord et avant tout des corps sentants et percevants. Puis il montre comment de ces modes de présence au monde sensible surgissent des formes de vie qui sont précisément les manifestations signifiantes d’identités conçues comme des effets induits par les ressources formelles des textes.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

10. Le consentement au deuil dans Splendide solitude d’Abla Farhoud 167

Extract

10. Le consentement au deuil dans Splendide solitude d’Abla Farhoud Publié en 2001, le roman d’Abla Farhoud intitulé Splendide solitude1, met en scène un personnage féminin qui se livre à une quête introspec- tive de soi alternant première et troisième personnes du singulier. Cette exploration intime de soi, à la fois subjective et tendanciellement objec- tivante, mi-factuelle, mi-affective est, par hypothèse, indissociable des modulations qui affectent les modalités de l’inscription du personnage féminin dans l’espace-temps de son présent vécu. Ainsi se définit un parcours de vie – la reconquête de soi – orchestré par les choix et orien- tations de l’énonciation narrative. Un «je» souffrant et vieillissant «[J]’ai construit ma propre tombe, je me suis enfermée dans la mort» (SP 71), note l’héroïne anonyme de Farhoud, rappelant à sa manière la position énonciative autobiographique et introspective qu’adopte Cha- teaubriand, «ass[is] au bord de la fosse» (1969: 939) pour rédiger ses Mémoires d’outre-tombe. Et de fait, convaincu que son «temps-femme sera bientôt affaire du passé» (SP 54), le personnage-narrateur s’emploie à évoquer le vieillissement du corps avec un réalisme qui ne s’épargne aucun détail, allant de «sa peau fine fanée de femme» (SP 32) à toutes les misères qui s’accumulent: «Plus je vieillis, plus je vis au rythme de mes maux, retour d’âge oblige, maux de dents, maux de dos, maux de mémoire, maux d’estomac, maux de cul, maux...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.