Show Less

Koltès maintenant et autres métamorphoses

Actes des colloques de l’université de Caen Basse-Normandie et de Paris-Diderot, Paris 7

Series:

Edited By Yannick Butel, Christophe Bident, Christophe Triau and Arnaud Maïsetti

En France, 2009 aura été « l’année Koltès ». Une année pour rappeler la vitalité et l’actualité d’une œuvre, la fascination qu’elle exerce toujours sur les lecteurs et les metteurs en scène. Les colloques de Caen ( Bernard-Marie Koltès : Démons, Chimères et autres métamorphoses, octobre 2009) et de Paris 7 ( Koltès, maintenant, novembre 2009) ont ainsi été des moments d’échanges et de réflexions sur un théâtre qui n’en finit pas d’interpeller les universitaires, les chercheurs, les praticiens, les acteurs... Revenant sur les textes et leur mise en scène, sur les traductions, sur la correspondance et sur les enjeux que soulève cette écriture poétique et cinématographique, les contributions qui sont rassemblées dans ce livre témoignent de la pluralité des lectures qu’offre l’œuvre de Bernard-Marie Koltès. Regards parfois nouveaux où l’œuvre esthétique et poétique est articulée au mouvement de l’Histoire, à celle aussi que connut Bernard-Marie Koltès.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Christophe Triau « La torrentielle, dévastatrice, vengeresse puissance de la fiction ». Fiction, impressions, perception dans le théâtre de Koltès 257

Extract

257 « La torrentielle, dévastatrice, vengeresse puissance de la fiction ». Fiction, impressions, perception dans le théâtre de Koltès Christophe Triau Université Paris-Diderot La dramaturgie koltésienne des années 80 semble proposer – à l’op- posé des pièces de jeunesse, au fort lyrisme et qui pourraient être très sommairement caractérisées comme relevant d’une dramaturgie « mentale », plus ou moins onirique ou subjective – des fictions tradi- tionnellement dramatiques. Koltès ne cesse d’ailleurs alors de reven- diquer que son travail consiste en premier lieu à bien « raconter [des] histoire[s] » ; et il emploie à propos de Combat de nègre et de chiens l’expression d’ « hypothèse réaliste »1 – une « hypothèse » qui n’est cependant avancée que comme permettant la validité de la pièce comme « métaphore »2… Force est cependant de constater que cette dramaturgie est bien plus complexe que Koltès ne semble l’affirmer, notamment parce que l’auteur se plaît à jouer des points de vue, de leur contradiction et de leur mobilité au sein d’un système dont les données et les coordonnées a priori fixes et concordantes se révèlent ainsi ambiguës et labiles. Tout se passe comme si Koltès se plaisait à donner à ses pièces l’apparence du dramatique tout en le subvertis- sant de l’intérieur : à faire que « les frontières bougent comme la crête des vagues »3, pour reprendre l’expression du Grand parachutiste noir du Retour au désert – et avec elles ce qui permettrait...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.