Show Less

Koltès maintenant et autres métamorphoses

Actes des colloques de l’université de Caen Basse-Normandie et de Paris-Diderot, Paris 7

Series:

Edited By Yannick Butel, Christophe Bident, Christophe Triau and Arnaud Maïsetti

En France, 2009 aura été « l’année Koltès ». Une année pour rappeler la vitalité et l’actualité d’une œuvre, la fascination qu’elle exerce toujours sur les lecteurs et les metteurs en scène. Les colloques de Caen ( Bernard-Marie Koltès : Démons, Chimères et autres métamorphoses, octobre 2009) et de Paris 7 ( Koltès, maintenant, novembre 2009) ont ainsi été des moments d’échanges et de réflexions sur un théâtre qui n’en finit pas d’interpeller les universitaires, les chercheurs, les praticiens, les acteurs... Revenant sur les textes et leur mise en scène, sur les traductions, sur la correspondance et sur les enjeux que soulève cette écriture poétique et cinématographique, les contributions qui sont rassemblées dans ce livre témoignent de la pluralité des lectures qu’offre l’œuvre de Bernard-Marie Koltès. Regards parfois nouveaux où l’œuvre esthétique et poétique est articulée au mouvement de l’Histoire, à celle aussi que connut Bernard-Marie Koltès.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Claire Lechevalier Le Retour des morts dans Le retour au désert 333

Extract

333 Le Retour des morts dans Le retour au désert Claire Lechevalier Université de Caen Si Le retour au désert ne s’ouvre pas, comme L’Héritage ou Combat de nègre et de chiens, sur la question du sort d’un cadavre qui envahit l’intrigue, la présence des morts n’y est pas moins déterminante. En revenant d’Algérie vers ce désert que constituent sa maison et sa ville natale, Mathilde semble en effet réveiller tous les fantômes d’un passé traumatique qu’elle avait voulu quitter. Elle qui, à la Libération, avait été contrainte à s’enfuir, rappelons-le, après avoir été « accusée d’avoir couché avec les Allemands »1, revient en 1960 pour réclamer sa part d’héritage et se venger. « La grande idée qui sous-tend Le retour au désert, explique Patrice Chéreau, c’est le retour aux sources, dans la haine »2, et, effectivement, par-delà la vengeance, le retour de Ma- thilde fait renaître les secrets enfouis, revivre les morts mal enterrés, et exploser les non-dits. Ce retour des morts dans la vie de la famille Serpenoise prend pour une part dans la pièce l’aspect traditionnel du fantôme. Marie, la première femme d’Adrien, frère de Mathilde, revient hanter le jar- din, présence étrange et mystérieuse dont la fonction ne sera jamais véritablement élucidée. Mais le retour des morts, cela peut-être aussi, et c’est ainsi que nous l’entendrons ici, la reviviscence d’une m...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.