Show Less

Terminologie (I) : analyser des termes et des concepts

Series:

Edited By Jean-Jacques Briu

Aujourd’hui, la Terminologie est le plus souvent définie comme une organisation des lexiques de domaines spécialisés. Cette discipline en expansion, de plus en plus servie par la technologie informatique, est sollicitée par de nombreux secteurs techniques et commerciaux. Doit-on se limiter à des nomenclatures spécialisées ou analyser en profondeur le sens, la signification de termes linguistiques et de concepts ? Le concept, c’est du sens : un ensemble particulier de représentations mentales. Si des termes ne sont pas directement traduisibles d’une langue à l’autre, c’est souvent parce que leurs sens ne sont pas directement transposables d’une histoire, d’une culture, d’une société à une autre et qu’en conséquence leur sens, leurs référents et leur praxis diffèrent. Les termes, les concepts n’existent que dans des sociétés particulières, des cultures particulières et dans des langues particulières. Partant, de nombreux termes ne sont pas simples mais (très) complexes.
Les neuf contributions de cet ouvrage – issu d’un colloque qui s’est tenu à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense en 2009 – présentent diverses manières dont linguistes, lexicographes et juristes exposent leur compréhension des questions terminologiques. Une telle approche interdisciplinaire et plurilingue – fr., russe, all. – ne requiert nullement des concepts, des théories et des méthodes uniformes. Elle apporte, au contraire, un ensemble d’éclairages plus originaux, plus souples pour la compréhension d’un savoir en devenir comme l’est la Terminologie.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

La terminologie juridique sous l’aspect interlangues. La traduction des «mots étrangers» / «Fremdwörter» dans les textes juridiques 33

Extract

33 La terminologie juridique sous l’aspect interlangues. La traduction des «mots étrangers» / «Fremdwörter» dans les textes juridiques Klaus E. W. FLECK Nous aborderons dans notre exposé l’aspect interlangues de la pra- tique terminologique dans le cadre de la traduction juridique français- allemand et allemand-français. Nous nous demanderons dans quels cas il faut emprunter et dans quels cas calquer. Emprunt (= Fremd- wortentlehnung) ou calque (= Lehnübersetzung)? – telle sera la pre- mière question. Nous nous attacherons plus particulièrement à la ques- tion de savoir dans quels cas il faut maintenir le terme français en allemand et dans quels autres il vaut mieux le remplacer par un équi- valent allemand, et vice-versa. Une question subsidiaire se posera dans le cas des termes désignant des institutions juridiques d’un pays donné – les tribunaux, par exem- ple – où ni le calque ni l’emprunt ne sont satisfaisants. Faut-il dans de tels cas ajouter à l’emprunt ou au calque une contextualisation ou même une définition complétée par une comparaison avec l’institution équivalente existant dans le pays de la langue cible? Nous verrons que dans de nombreux cas une contextualisation par indication du do- maine juridique précis s’impose et effectivement il sera parfois même nécessaire d’ajouter une définition (surtout dans le cas d’institutions). Pour Jean-Paul Vinay l’emprunt est l’enfance de l’art. C’est ce qu’il prétend dans le chapitre consacré à la traduction humaine dans l’Encyclopédie de la Pléiade sur le langage publiée...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.