Show Less

Le Jongleur- Mémoire de l’Image au Moyen Age

Figures, figurations et musicalité dans les manuscrits enluminés (1200-1330)

Martine Clouzot

En couleur et en mouvement, le jongleur joue de la musique parmi les oiseaux, les animaux et les rinceaux fleuris des livres enluminés du Moyen Age. Jamais loin du roi David, il accroche l’œil et éveille l’esprit par son caractère incongru et étonnant. Ce livre est consacré à ses figurations dans les psautiers, les ouvrages de philosophie naturelle et de métaphysique d’Aristote, destinés aux laïcs, dans les royaumes de France et d’Angleterre, entre 1200 et 1330. Il étudie la transformation de la figure du jongleur depuis l’Antiquité jusqu’à sa réinvention par les nouveaux intellectuels du XIII e siècle, soucieux de se distinguer du jongleur : Dominicains, Franciscains et maîtres séculiers de l’Université, ainsi que les poètes et les ménestrels dans les cours et les villes. Savamment, auteurs et concepteurs d’images ont forgé une figure en mouvement de la Physis, du son et de l’ouïe, axée sur la théorie de la connaissance aristotélicienne, transformant ainsi le jongleur en image de mémoire et en mémoire de l’image, celle du Christ et de l’homme créé à l’image de Dieu.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre I - La figure du jongleur, une histoire culturelle - 15

Extract

15 Chapitre I La figure du jongleur, une histoire culturelle La figure du jongleur n’a pas été inventée de toutes pièces au XIIIe siècle. Trois grands moments historiques peuvent être identifiés pour aider à comprendre les processus de sa fabrication dans la chronolo- gie. Tout d’abord, sous l’Empire romain, les auteurs antiques latins l’ont construite dans la comédie, la tragédie, la poésie, les discours oratoires, les lettres morales et philosophiques, essentiellement à partir de la tradition grecque. Ensuite, à l’époque romaine chrétienne, la figure clas- sique est passée chez les auteurs convertis à la nouvelle religion et les Pères de l’Eglise, latins et grecs. Ils ont surtout retenu les aspects moraux et mnémotechniques de l’histrion romain. La fixation de la fi- gure morale peut être datée du IVe siècle, à partir de saint Augustin. Elle demeure globalement inchangée chez les auteurs du haut Moyen Age, et ce, jusqu’au tournant des XIIe et XIIIe siècles, marquant le troi- sième moment historique. C’est en effet, dans les premières décennies du XIIIe siècle que la figure est ré-inventée, refabriquée, à partir des réminiscences antiques, grecques et latines, sous l’effet de quatre mu- tations sociales et culturelles : la naissance des universités parisienne et anglaises ; le développement de la prédication franciscaine et domi- nicaine ; l’essor culturel des cours seigneuriales et princières ; la part grandissante des laïcs dans la culture jusque là r...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.