Show Less

Georges Valois, itinéraire et réceptions

Series:

Edited By Olivier Dard

Issu d’un colloque organisé avec le soutien de la Maison des sciences de l’homme de Lorraine les 18 et 19 février 2010 à l’université Paul Verlaine-Metz, ce volume s’inscrit dans une série de publications relatives à l’histoire de l’Action française et de ses réceptions. Les 11 contributions qu’il réunit et qui ont été rédigées par des chercheurs français et étrangers permettent de revenir sur l’itinéraire d’une figure singulière qui symbolise tout à la fois l’histoire du maurrassisme, du fascisme français et des relèves de l’entre-deux-guerres et qui est mort en déportation. Non content de s’attacher aux éléments controversés de l’itinéraire de Georges Valois, ce volume aborde pour la première fois la question de son influence et de ses réceptions à l’étranger en étudiant spécifiquement la portée de ces dernières en Belgique, en Espagne et en Italie.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Conclusion

Extract

Conclusion Olivier DARD Université Paul Verlaine - Metz MSH Lorraine Un destin brisé et une postérité impossible Le 7 mars 1944, quelques semaines avant son arrestation, Georges Valois consacre un long développement d’une de ses lettres1 aux «calomnies» qui s’étaient selon lui abattues sur lui depuis 1924 et qu’il impute à sa dénonciation des trusts.2 On retiendra moins les mises en cause personnelles qu’il effectue (notamment de Maurras vis-à-vis duquel «il compte bien ouvrir le grand procès») que la description générale qu’il propose: On raconte n’importe quoi, mais cela commence invariablement ainsi: on loue mon œuvre, mais on condamne l’homme. Il y a une phrase qui m’est revenue de partout: «Nous acceptons l’œuvre, mais pas l’homme». Pourquoi? C’est alors que l’on raconte, sous le sceau du secret, les histoires les plus invraisemblables. Face à cette situation, Valois n’entend pas rester inactif et donne à ses amis son sentiment: Mon avis est que nous n’avons pas à me défendre; nous avons à attaquer les hommes qui se font les instruments de cette campagne. Nous devons les dénoncer comme les agents conscients ou inconscients des Trusts. La preuve est désormais faite que tous les hommes qui m’ont attaqué avant la guerre étaient des agents des Trusts. 1 Il s’agit d’une correspondance, en principe mensuelle, (en pratique, ce n’est pas le cas) dont Valois fait le service à plus de deux cents personnes (Lettre circulaire de Georges Valois, avril 1944, VA 20). 2 On relèvera que...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.