Show Less

L’histoire anthropométrique

Series:

Laurent Heyberger

L’histoire anthropométrique vient de fêter ses trente ans. Pourtant jusqu’ici aucun ouvrage de synthèse n’avait dressé le bilan de ce champ de recherche fécond, à la croisée de l’histoire, de l’économie et des sciences du vivant. Or, après les études pionnières menées sur l’Europe et les Etats-Unis, l’accélération récente des découvertes concernant l’Asie, l’Afrique et l’Amérique du Sud rendait une telle synthèse indispensable. En effet, en considérant la stature moyenne comme un indice de nutrition nette, l’histoire anthropométrique permet de reconstituer une des dimensions essentielles de l’évolution des niveaux de vie dans la longue durée. Cet ouvrage présente de manière critique et pédagogique les fondements méthodologiques et théoriques de l’histoire anthropométrique. Il constitue une synthèse inédite de travaux historiques, mais aussi médicaux et biologiques qui vient éclairer d’un jour nouveau de grandes questions d’histoire telles que les coûts humains de la révolution industrielle et de l’intégration au marché (XVIIIe-XIXe siècles), des totalitarismes du XXe siècle ou encore de la colonisation (XIXe-XXe siècles).

Prices

Show Summary Details
Restricted access

2. Méthodes pratiques et techniques - 27

Extract

2. Méthodes pratiques et techniques Les méthodes d’analyse critique et statistique des bases de données consti- tuées à partir des diverses sources anthropométriques ont fait l’objet d’un article méthodologique de la part de John Komlos [Komlos, 2004]. Cette contribution constitue une notice explicative indispensable à l’historien qui souhaite utiliser des données anthropométriques. 2.1 Les sources de l’histoire anthropométrique: représentativité sociologique Les sources de l’histoire anthropométrique posent différents problèmes d’exploitation selon leur nature. Celles qui posent le moins de problème de représentativité sont systématiquement préférées. Il s’agit des sources d’origine militaire: armée de volontaires ou, mieux, de conscrits. Dès son origine, l’histoire anthropométrique a cependant recours à des sources da- vantage biaisées sociologiquement: registres d’institutions charitables, re- gistres de prisons, voire avis de recherche d’esclaves en fuite. On connaît désormais l’histoire de la stature de la plupart des pays possédant une armée – principalement les pays européens. Pour les pays ne possédant pas une telle institution, ces dernières années ont vu se développer une stratégie alternative. Il s’agit d’utiliser les bases de données déjà constituées ou d’en constituer de nouvelles pour des pays autres que le pays étudié mais où un grand nombre de ressortissants du pays à étudier ont migré6. Les registres d’engagés volontaires dans l’armée (surtout pour le XVIIIe siècle), les registres de prison...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.