Show Less

L’Emergence

En réponse aux travaux de Jean-Marie Grassin

Series:

Edited By Jacques Fontanille, Juliette Vion-Dury and Bertrand Westphal

L’émergence est la pensée du nouveau, de l’inédit. Comment quelque chose peut-il apparaître là où rien n’était ? Pourquoi le tout n’est-il pas seulement la somme de ses parties ? Ce « quelque chose », ce supplément, qui font la naissance, l’avènement ou la création de phénomènes culturels et scientifiques, ainsi que les mouvements qu’ils génèrent, sont étudiés sous le nom d’« émergence ». Dédicacé par un prix Nobel de Littérature, rassemblant des auteurs qui font autorité dans leur domaine, cet ouvrage constitue aussi bien une synthèse et une analyse scientifique des théories de l’émergence qu’un hommage à celui qui s’en est fait le concepteur en France. Jean-Marie Grassin, en effet, grâce a sa bonne connaissance de la francophonie et des questions de l’émergence de nouvelles littératures dans un contexte postcolonial, et comme observateur international privilégié des concepts littéraires, a proposé une description, puis une théorisation, de l’émergence. Venus de divers horizons des lettres, des arts, des sciences humaines et sociales et de pays très divers, des chercheurs lui répondent en un échange fécond.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

IV. Emergence et sciences humaines et sociales

Extract

Le concept d’émergence chez Ernst Bloch Françoise WUILMART Traductrice du Principe Espérance Note liminaire Le Principe Espérance1 est l’aboutissement des thèses formulées dès 1918 par l’Esprit de l’Utopie et développées par les œuvres suivantes. L’ouvrage qui parut en R.D.A. entre 1954 et 1959, fut sinon la cause du moins le prétexte idéologique de la rupture entre Bloch et le marxisme officiel. Le livre mettait en œuvre sur le front philosophique de l’histoire une subjectivité active, la conscience anticipante, où le marxisme officiel vit une véritable agression contre le matérialisme dogmatique de l’orthodoxie. Ce risque d’idéalisme, volontaire- ment encouru, n’est certes pas le seul paradoxe de l’œuvre blochienne. Mais son enjeu livre le sens de tous les autres : lutter contre la pétrification de la dialectique, combattre toute clôture péremptoire en métaphysique. Car la reconquête de soi entreprise par l’homme, le dépassement du règne de l’aliénation et de la marchandise, la réalisation de ce monde nouveau dont toutes les utopies sont l’anticipation abstraite – en un mot : le projet même du marxisme – ne sont pas encore accomplis. En ce sens le système hégé- lien, pour Marx l’obstacle philosophique majeur, constitue pour Bloch aussi le carcan à briser pour se libérer de l’envoûtement de l’anamnèse et penser le futur. Comment ne pas sentir, à travers chacun de ses livres, qu’il s’agit de l’une des plus...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.