Show Less

La parole de l’autre

L’écriture de Dino Buzzati à l’épreuve de la traduction

Series:

Cristina Vignali

Le style de Dino Buzzati est-il, comme l’a considéré longtemps la critique, linéaire, sans effets, trop journalistique ? Son apparente simplicité est-elle manque d’épaisseur, de relief ? Par l’analyse minutieuse d’un large corpus d’œuvres buzzatiennes et de leurs traductions françaises respectives, embrassant toute la production romanesque de l’écrivain et la plupart de ses recueils de nouvelles, l’auteur de cette étude montre au contraire toute la subtilité de l’écriture d’un des grands prosateurs italiens du XX ème siècle. Les résultats de cette enquête mettent en lumière des mécanismes stylistiques insoupçonnés dans la création des atmosphères de mystère, de vague inquiétude ou de tourment qui caractérisent l’œuvre de Buzzati. L’envoûtement des hauteurs dans Bàrnabo delle montagne, le charme hypnotique du Deserto dei Tartari ou les affres de la passion dans Un amore apparaissent alors sous un jour nouveau.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Remerciements - IX

Extract

IX Remerciements Cet essai est le fruit de ma passion pour la littérature et de ma passion pour la traduction littéraire, passions qui ont nourri cette recherche con- sacrée à un écrivain apprécié par les lecteurs français mais trop long- temps sous-estimé en Italie : Dino Buzzati. Cet essai n’aurait probablement pas vu le jour si j’avais parcouru ce chemin en solitaire. Je veux d’abord remercier mes deux directeurs de thèse, Angelo Colombo (Université de Franche-Comté) et Alberto Cadioli (Università degli Studi di Milano) qui ont su me guider dans mes recherches. Je veux également remercier Patrizia Dalla Rosa et le Centro Studi Buzzati, qui m’a toujours ouvert ses portes ; sans oublier les responsables des archives de l’éditeur Robert Laffont à Paris et de la Fondazione Arnoldo e Alberto Mondadori à Milan. Je rends hommage à mes premiers lecteurs : en particulier à Marie- Hélène Caspar, Professeur émérite de l’Université Paris X-Nanterre, qui a continué à me prodiguer ses conseils ; à Anna Dolfi, Professeur à l’Università degli Studi di Firenze ; à Edoardo Esposito, MCF HDR à l’Université d’Avignon, et à Paolo Giovannetti, Professeur à l’Univer- sité IULM de Milan. Leurs remarques et leurs critiques toujours construc- tives lors de ma soutenance de thèse en 2009 ont été précieuses pour la réélaboration de mon travail. J’adresse une pensée reconnaissante à Yves Frontenac, écrivain et membre fondateur de l’Association des Amis de Dino Buzzati, avec qui j’ai eu des échanges buzzatiens fructueux. Mes remerciements vont aussi au Laboratoire Romania de l’Universi- té Nancy...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.