Show Less

Les bonnes raisons des émotions

Principes et méthode pour l’étude du discours "émotionné</I>

Series:

Christian Plantin

Cet ouvrage met en cause la dichotomie régnante « raison contre émotion », élément fondamental d’un prêt-à-penser qui règne sur les études d’argumentation et qu’on retrouve parfois dans les études du discours. Cette opposition fait obstacle à l’observation et à l’analyse du jeu des émotions parlées et écrites, et engage les études sur l’argumentation ordinaire dans l’impasse d’un langage « an-émotif », quasi pathologique.
Mettant en jeu des valeurs qui expriment les intérêts et fondent l’identité des locuteurs, les situations argumentatives sont profondément émotionnantes. Ce livre propose une approche holiste, et non psychologique, de l’émotion, vue non pas comme une Réponse passive à une situation Stimulus, mais comme une activité signifiante, formatant le discours et la situation de parole. Sous la notion de construction argumentative des émotions, il défend la thèse de l’inséparabilité des raisons et des émotions dans les discours argumentatifs ordinaires.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Présentation – Des émotions en question - 1

Extract

Présentation Des émotions en question Partir de l’argumentation pour étudier les émotions dans la parole parlée et écrite peut paraître étrange. L’argumentation1 serait une activité réservée à des gens un peu spéciaux, de préférence pédagogues, politiciens ou prê- cheurs idéologues; de mauvais esprits diraient des raisonneurs qui s’efforcent de paraître froidement raisonnables. C’est bien le point: l’argumentation étant posée comme la pratique ra- tionnelle par excellence, tout le monde en déduit qu’elle doit s’instaurer en se défaisant des émotions: il faut dépassionner le débat, juger et argumenter froidement, sans s’émouvoir; celui qui s’énerve (de préférence mon contradicteur) a tort; celui qui raisonne (de préférence, moi) a raison. L’acte d’accusation est plus que bi-millénaire: l’émotion dégrade le discours; elle est l’instrument des sophistes et des démagogues; elle est la mère de toutes les fallacies – nous nous permettrons d’utiliser ce mot pour désigner toutes les formes de raisonnements paralogiques, sophistiques et fallacieux2. Cette guerre à l’émotion serait une composante essentielle de la guerre que l’argumentation mène contre les fourbes et les esprits faux: gens stupides qui enchaînent les para- logismes, manipulateurs qui nous émotionnent3 pour nous tromper. Au plus profond de l’enfer de ce que, depuis Hamblin, on appelle la «théorie standard des fallacies», la fallacie ad passiones règne sur des émotions aussi diverses que l’amitié ou la haine, la...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.