Show Less

Les bonnes raisons des émotions

Principes et méthode pour l’étude du discours "émotionné</I>

Series:

Christian Plantin

Cet ouvrage met en cause la dichotomie régnante « raison contre émotion », élément fondamental d’un prêt-à-penser qui règne sur les études d’argumentation et qu’on retrouve parfois dans les études du discours. Cette opposition fait obstacle à l’observation et à l’analyse du jeu des émotions parlées et écrites, et engage les études sur l’argumentation ordinaire dans l’impasse d’un langage « an-émotif », quasi pathologique.
Mettant en jeu des valeurs qui expriment les intérêts et fondent l’identité des locuteurs, les situations argumentatives sont profondément émotionnantes. Ce livre propose une approche holiste, et non psychologique, de l’émotion, vue non pas comme une Réponse passive à une situation Stimulus, mais comme une activité signifiante, formatant le discours et la situation de parole. Sous la notion de construction argumentative des émotions, il défend la thèse de l’inséparabilité des raisons et des émotions dans les discours argumentatifs ordinaires.

Prices

See more price optionsHide price options
Show Summary Details
Restricted access

Transition – Récapitulation et orientations - 185

Extract

Transition Récapitulation et orientations 1. Des émotions désaccordées Cette transition synthétise la conception de la parole émotionnée à laquelle ont conduit les chapitres précédents: dans la parole ordinaire, émotions et raisons langagières se construisent selon les mêmes principes, selon les mêmes orientations; elles entrent dans le système de ressources stratégi- ques contrôlées et gérées par les participants à l’acte de communication. Des émotions comme réponses à des stimuli – Certaines situations, certains événements, sont perçus comme émotionnants en eux-mêmes, par exemple dangereux ou effrayants: le camion m’arrive droit dessus! Ce type d’émotion réflexe est considéré comme fondamental par les études qui privilégient tout ce qui est de l’ordre de la causalité; l’étude de l’émotion est alors circonscrite à ce qui est de l’ordre du signal causal, soustrait à la gestion consciente, c’est-à-dire à l’intentionalité. A un premier niveau, l’état d’émotion se communique de manière infra- consciente par le jeu des neurones miroirs un peu comme l’instabilité d’une plaque tectonique se communique à sa voisine. A un second niveau, cette émotion causée entre dans le jeu de la communication par le biais de ses manifestations objectives, qui sont autant d’indices sur l’état du sujet affec- té; une certaine rougeur serait un effet manifeste de la honte comme une autre rougeur serait un effet manifeste de la fièvre. Sur la base des informa- tions fournies par ces...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.