Show Less

Parler des mots, apprendre à lire

La circulation du métalangage dans les activités de lecture

Series:

Corinne Gomila

Lors des premières séances d’enseignement de la lecture avec de jeunes élèves du cours préparatoire, de nombreux enseignants disent hésiter sur les mots à employer pour parler de la langue. Très vite, les maîtres n’évoqueront plus cette difficulté. Mais comment ont-ils surmonté l’obstacle ? Quelles ressources métalangagières ont-ils exploitées ? Quels termes ont-ils utilisés ? Cet ensemble composite de moyens fabriqués dans l’urgence du temps scolaire est-il efficace ? Ne risque-t-il pas d’entraîner de fausses représentations chez le lecteur débutant ?
Prenant en compte des recherches fondamentales sur le métalangage et son fonctionnement en discours, et adossant son travail sur la description d’un imposant corpus de séances de lecture recueillies sur plusieurs années, l’auteur met au jour l’organisation du discours métalinguistique de la classe de lecture. Au premier rang de celui-ci figurent une terminologie naïve prolifique, le recours à l’autonymie qui permet de parler du langage sans employer de catégories, et une première nomenclature technique attachée à des savoirs sur la langue plus pratiques que théoriques.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

DEUXIÈME PARTIEANALYSE DU DISCOURS MÉTALINGUISTIQUEDE LA CLASSE DE LECTURE

Extract

DEUXIÈME PARTIE ANALYSE DU DISCOURS MÉTALINGUISTIQUE DE LA CLASSE DE LECTURE A travers cette approche des faits autonymiques dans des discours – mettant au jour une très grande diversité de formes – se dessine une autre pers- pective: celle d’aborder les discours par la place qu’ils font au fait autonymique. Cette place témoigne de l’«équilibre» que doit réinventer chaque discours – en termes de genre, situation, époque, style, sujet – dans son rapport au lan- gage, entre la transparence fonctionnelle des mots à travers lesquels on parle, et la consistance maté- rielle, la résistance, l’insistance des MOTS DONT ON PARLE. Authier-Revuz (2003a, p. 17) 1 Downing et Fijalkow (1991) font remarquer que: «Le langage technique de l’enseignement de la lecture est souvent appelé ‘métalinguistique’. Il consti- tue une partie de ce que De Stephano (1972) a nommé le ‘registre d’enseigne- ment du langage’, le langage spécialisé utilisé pour parler de et réfléchir sur l’enseignement et les mécanismes d’acquisition du langage» (p. 34). Nous ne sommes pas sûre que ce découpage convienne. Soit on isole le métalangagier comme ayant des propriétés linguistiques qu’il faut étudier pour elles- mêmes, soit il vaut mieux considérer que c’est l’ensemble – métalangage + langage ordinaire – qui constitue une activité langagière remarquable. CHAPITRE 2 LE RÔLE CENTRAL DE L’AUTONYMIE La séance de lecture est faite d’interactions. L’apprentissage de la langue écrite confère aux discours émis dans la...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.