Show Less

Population et environnement

Vie et mort dans la Dombes des étangs aux XVIIIe et XIXe siècles- Avec la collaboration de Roger Desbos

Series:

Guy Brunet

Parfois négligée, la dimension environnementale est une composante essentielle des régimes démographiques. La Dombes, qui jusqu’au milieu du XIXe siècle était couverte d’étangs insalubres, en offre une illustration éclatante.
En exploitant systématiquement les archives de cinq anciennes paroisses, cet ouvrage retrace le quotidien des habitants de cette région qui, au cours des siècles passés, a vécu en état de crise sanitaire permanente. La forte mortalité des enfants et des adultes a induit des perturbations fondamentales dans la vie des familles, et a impliqué par ailleurs une forte mobilité géographique pour maintenir la population de cette région mortifère.
Le couplage des différentes sources met en évidence la précarité de la famille et des conditions de vie. Dans cette région presque entièrement agricole, les habitants étaient rarement propriétaires et exploitaient souvent la terre par un système de « grangeage » qui se révélait très défavorable pour eux. La Dombes présente ainsi un modèle démographique et social original.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Première partie: Un environnement hostile et une situation de crise permanente

Extract

Première partie Un environnement hostile et une situation de crise permanente Chapitre II La Dombes et la Châtellenie de Saint Trivier: population et environnement La création d’un village sur le site actuel de la commune de Saint Trivier remonte au moins au Ve siècle. Le nom de cette implantation ancienne est Uttinga Villa, ce qui explique que les habitants de Saint Trivier sont parfois appelés les Huttingois. Le lieu doit son nom actuel à un moine, du nom de Trivier, qui y serait décédé après une vie exemplaire. Après avoir fait partie du patrimoine des Comtes de Forez et de Lyon jusqu’au XIe siècle, Saint Trivier, érigé en Baronnie, passa sous la domi- nation de la famille de Beaujeu, puis au XVIe siècle sous celle de la fa- mille de Cléberg, puis en 1625 sous celle de Jacques Moirou. Ce dernier légua sa Baronnie aux pauvres de la Charité de Lyon en 1651, les rec- teurs de cette institution étant collectivement Seigneurs de Saint Trivier. Ceux-ci en gardèrent la jouissance pendant plus d’un siècle, avant de la vendre en 1770 à Louis Bellet de Tavernost, dernier Baron de Saint Trivier17. Ainsi, Saint Trivier était au XVIIIe siècle une des douze châtellenie de la Dombes. Celle-ci resta jusqu’en 1762 une Principauté souveraine, théoriquement indépendante du Royaume de France. La capitale, et prin- cipale ville, de la Dombes était Trévoux, modeste ville comptant un...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.