Show Less

Les jeux de la création et de la réception dans le roman mosaïque

Lecture de "Sefarad</I> d’Antonio Muñoz Molina

Christine Pérès

Publié en 2001, le roman de l’académicien espagnol Antonio Muñoz Molina, Sefarad, se distingue de ses autres textes romanesques par son écriture fragmentaire. Comme l’indique d’entrée de jeu le sous-titre énigmatique, Una novela de novelas, il se décline en dix-sept récits, affichant ouvertement la tension entre la partie et le tout qui le caractérise. Cette étude se propose d’analyser le dispositif textuel complexe et original mis en place par le romancier, en prenant appui sur les théories de la réception qui se sont développées dans la lignée des travaux de l’Ecole de Constance.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Conclusion - 401

Extract

Conclusion Sefarad occupe, en définitive, une place à part dans l’œuvre de Muñoz Molina: ce roman cache, sous une simplicité de lecture apparente, une redoutable complexité. Il est fondé sur un dispositif textuel dynamique visant à instaurer une aire de jeu entre les instances de production et de réception, ce qui, à première vue, semble paradoxal lorsqu’il s’agit de traiter d’un sujet aussi grave que l’Holocauste. Mais porter un tel juge- ment revient à oublier que le jeu est fondamental pour l’être humain et que, loin d’être gratuit, il comporte une dimension sérieuse. L’illusoire transparence de Sefarad recèle en réalité des ambiguïtés reposant sur de subtils effets d’ironie qui, lors de la publication du roman, sont passés inaperçus. Le texte a été victime de la même illusion de transparence que les récits de déportés qui lui servent d’hypotexte et qui ont longtemps été négligés par la critique universitaire. Nous sommes persuadée que la mauvaise réception du texte lors de sa publication vient du fait que sa dimension ironique n’a pas été perçue par le lectorat. Or, la prise en compte de l’ironie est fondamentale dans la construction du sens de ce texte par le récepteur. Elle est en en effet indissociable de la portée pragmatique du texte. Soulignant que l’ironie ne se limitait pas à une simple affaire de décodage ou de reconstruction de quelque sens sous- entendu, Linda...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.