Show Less

La Migrance à l’œuvre

Repérages esthétiques, éthiques et politiques

Series:

Michael Brophy and Mary Gallagher

A l’heure d’une recomposition radicale et accélérée des espaces géoculturels et géopolitiques, un art de faire qui participe de la migrance et en éclaire les multiples enjeux engendre de nouvelles pratiques et configurations esthétiques qui bousculent moules et canons. Qu’il soit littéraire, plastique, cinématographique ou autre, cet art désigne aujourd’hui, par-delà l’opposition de l’étranger et de l’indigène, du nomade et du sédentaire, une pluralité d’appartenances et de potentialités identitaires qui nous concernent tous.
Ce recueil d’essais se propose de cerner dans des œuvres de factures et d’origines différentes la dynamique de la migrance en tant que mise à l’épreuve des identités, tension vers l’autre, moteur éventuel de la transculturation. Comportant un très large éventail d’approches, il joint à l’appréciation esthétique l’interrogation de la teneur éthique et politique de l’œuvre – des conditions de sa genèse et de sa production jusqu’à sa circulation et sa réception. Par un réseau de résonances et d’échos qui passent les frontières des genres, des langues et des cultures, l’ensemble des contributions révèle les nouveaux horizons sous lesquels œuvrent celles et ceux soucieux de faire de leur propre passage la seule mesure crédible de l’humain et de ses possibles futurs.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Michael BROPHY et Mary GALLAGHER: Chemin faisant IX

Extract

Chemin faisant… Michael BROPHY et Mary GALLAGHER Si, depuis le début des années quatre-vingt, l’expression «écritures mi- grantes» sert à désigner au Québec un courant littéraire qui n’a cessé de travailler en profondeur la trame du «texte national» en y instaurant une forte dimension interculturelle, elle relève irréfutablement d’un art de faire bien plus répandu dont la multiplicité des formes et enjeux – d’ordre litté- raire, plastique, cinématographique ou autre – fait valoir un véritable procès du sujet en mouvement, c’est-à-dire un sujet tout autant en quête qu’en question. De fait, bien des auteurs dits «migrants» ont contesté une taxi- nomie qui, tout en les faisant entrer dans l’institution littéraire québécoise, tend à occulter l’ample et parfois vertigineuse extension qu’acquiert dans leurs œuvres le phénomène de la migrance, et pire encore, à les renvoyer, sous l’apparence d’un cosmopolitisme pleinement accrédité, à une ethnicité génératrice d’exclusion et de solitude, aux antipodes de l’altération et de la métamorphose identitaires dont témoignent leurs diverses pratiques. «[L]a migrance […] n’est […] pas seulement de nature géoculturelle, liée au déplacement d’un territoire à un autre», soutient Pierre Ouellet, sou- cieux de dépasser le seul plan immigrant et de saisir une condition de dé- placé qui inclut l’«autochtone». «[E]lle est aussi et peut-être surtout de nature ontologique et symbolique», insiste-t-il, «puisqu’elle caractérise le déplacement même du Sens et...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.