Show Less

La Migrance à l’œuvre

Repérages esthétiques, éthiques et politiques

Series:

Michael Brophy and Mary Gallagher

A l’heure d’une recomposition radicale et accélérée des espaces géoculturels et géopolitiques, un art de faire qui participe de la migrance et en éclaire les multiples enjeux engendre de nouvelles pratiques et configurations esthétiques qui bousculent moules et canons. Qu’il soit littéraire, plastique, cinématographique ou autre, cet art désigne aujourd’hui, par-delà l’opposition de l’étranger et de l’indigène, du nomade et du sédentaire, une pluralité d’appartenances et de potentialités identitaires qui nous concernent tous.
Ce recueil d’essais se propose de cerner dans des œuvres de factures et d’origines différentes la dynamique de la migrance en tant que mise à l’épreuve des identités, tension vers l’autre, moteur éventuel de la transculturation. Comportant un très large éventail d’approches, il joint à l’appréciation esthétique l’interrogation de la teneur éthique et politique de l’œuvre – des conditions de sa genèse et de sa production jusqu’à sa circulation et sa réception. Par un réseau de résonances et d’échos qui passent les frontières des genres, des langues et des cultures, l’ensemble des contributions révèle les nouveaux horizons sous lesquels œuvrent celles et ceux soucieux de faire de leur propre passage la seule mesure crédible de l’humain et de ses possibles futurs.

Prices

See more price optionsHide price options
Show Summary Details
Restricted access

Kateri LEMMENS: Ecriture, migrance et l’horizon du monde 211

Extract

Ecriture, migrance et l’horizon du monde Kateri LEMMENS Université du Québec à Rimouski [Tout] écrivain est un migrant (Naïm Kattan et Emile Ollivier)1 Le manifeste Pour une littérature-monde2 n’existerait sans doute pas si l’in- sertion des écrivains de l’immigration et des écrivains dits «francophones» (essentiellement les écrivains des anciennes colonies) se faisait sans heurts dans l’espace littéraire français. A travers les vindictes et les récits d’itiné- raires à teneur géo-biographique que l’on trouve dans l’ouvrage dirigé par Michel Le Bris et Jean Rouaud, deux propositions en particulier attirent l’attention du lecteur. Ainsi, Jacques Godbout, pragmatique, espère, par-delà toute métamorphose dénominative, d’abord un changement de «culture› de l’institution littéraire en France3». Quant à la solution évoquée par Michel Le Bris, elle consisterait à repenser les dénominations usuelles («français» ver- sus «francophone»), à dissoudre le pacte exclusif entre la langue et la nation, 1. Kattan et Ollivier sont cités dans Joachim Sébastien, «Entre-lieu(x) de l’écriture (mi- grante)», in Pascale Auraix-Jonchière, Poétique des lieux, Clermont-Ferrand: Presses Universitaires Blaise Pascal, 2004, p. 334. 2. Le manifeste, c’est d’abord le texte de quarante-quatre signataires paru dans le journal Le Monde, le 16 mars 2007 et intitulé «Pour une littérature-monde en français». Dans un deuxième temps, un collectif de textes dirigé par Michel Le Bris et Jean Rouaud parut aux éditions Gallimard au printemps 2007 (Michel Le Bris et Jean Rouaud (dir.), Pour une littérature-monde,...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.