Show Less

La litote

Hommage à Marc Bonhomme

Series:

Edited By André Horak

S’intéressant à des domaines aussi variés que la rhétorique, la pragmatique, la sémiostylistique, les sciences des médias et l’histoire de la langue française, Marc Bonhomme a tout particulièrement enrichi – et il continue de le faire – les recherches en linguistique par ses travaux novateurs sur les figures du discours. Pour l’honorer, ses élèves et amis ont choisi de revisiter le champ des figures et de combler une lacune scientifique en examinant la litote, à laquelle, malgré sa notoriété et sa diffusion, les théoriciens ont jusqu’ici réservé peu de pages.
Philologiques, rhétoriques et pragmatico-discursives, les contributions du présent recueil vont au cœur de la problématique qui entoure la litote. Comment concilier le moins et le plus, dont la coprésence ou l’interaction a priori paradoxale constitue le trait définitoire de cette figure ? Quel est le rôle de la négation dans la production litotique ? Quels rapports la litote entretient-elle avec les figures avoisinantes que sont l’euphémisme, l’ironie et l’hyperbole ? Les perspectives variées ici réunies montrent que la litote est une figure référentielle fort complexe qui occupe une position clé dans le langage.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Ruggero DRUETTAÇa va sans dire ou ça va mieux en le disant?Balisage et absence de balisage de la litote à l’oral 171

Extract

Ça va sans dire ou ça va mieux en le disant? Balisage et absence de balisage de la litote à l’oral Ruggero DRUETTA, Université de Turin La litote, de par sa nature de figure à pivot énonciatif (Bonhomme, 2005), est intrinsèquement soumise au risque d’ambiguïté, notamment en ce qui concerne sa force argumentative: La force argumentative des figures s’avère plus instable quand elle dépend de leur réception. Ce qui se passe avec la litote qui paraît atténuante à première vue, mais qui voit ses effets persuasifs s’accroître lors de l’interprétation à la hausse de ses ré- cepteurs. […] [P]ar sa dépendance du contexte, la litote montre les difficultés à éva- luer la force des figures, laquelle tient en outre aux modalités de leur énonciation et à la teneur de leur entourage textuel. (Bonhomme, 2009) Ainsi, par exemple, les enchaînements argumentatifs dans deux tours de parole successifs d’un énoncé comme «il n’est pas idiot» peuvent manifester que l’allocutaire a interprété cet énoncé comme litotique ou pas: (1) L1 il n’est pas idiot L2 je sais, il vient de réussir son concours d’admission à Normale Sup (1’) L2 peut-être, mais ce n’est pas à lui que je confierais la gestion de mon argent (1’’) L2 peut-être, mais il se conduit bizarrement Il est évident que, dans l’hypothèse d’une intention litotique chez L1 (ex. 1), la bonne interprétation de cet énoncé par le colocuteur donne lieu à une interaction co-orientée...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.