Show Less

Investissements directs à l’étranger dans les activités de recherche et développement : fondements théoriques et application aux entreprises suisses

Series:

Julie Michel

Le sujet de cet ouvrage porte sur l’internationalisation des activités de recherche et développement (R&D) des entreprises multinationales. En raison de l’augmentation des investissements directs à l’étranger dans les activités de R&D, cette recherche apporte de nouvelles considérations sur un phénomène actuel et de grande ampleur. Cette thématique est en outre d’une acuité particulière pour les pays les plus développés, tels que la Suisse, dont la compétitivité repose sur la capacité d’innovation. Afin de comprendre les enjeux de cette problématique, une approche théorique sur l’existence des entreprises multinationales et sur l’internationalisation des activités de R&D est développée dans la première et la deuxième parties. La troisième partie consiste en une analyse des brevets et des citations de brevets publiés par les entreprises suisses les plus innovantes. L’étude est en outre complétée par les résultats d’une enquête auprès de ces entreprises. Cette recherche permet de connaître l’ampleur et l’évolution de l’internationalisation des activités de R&D des entreprises suisses. Les pays d’accueil de ces activités et les facteurs décisifs dans les choix de localisation sont également mis en avant. Finalement les conséquences pour le pays d’origine sont analysées en étudiant la place de la Suisse dans la répartition géographique des activités de R&D, ainsi que les bénéfices et les risques de l’internationalisation de ces activités.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Introduction 1

Extract

1Introduction De nombreux auteurs ont démontré que les activités de recherche et dé- veloppement (R&D) influencent positivement la croissance économique (Romer, 1990; Trajtenberg, 1990; Lichtenberg, 1992 et Aghion et Ho- witt, 1992). Cette influence a notamment été étudiée en prenant en compte les activités de R&D effectuées sur le territoire de la nation. Cependant, grâce aux entreprises multinationales (EMN), non seulement les activités du pays influencent la croissance économique, mais les activités de R&D étrangères deviennent aussi une source de croissance économique nationale. En effet, par le biais des investissements directs étrangers (IDE), les entreprises investissent en R&D à l’étranger et ac- cèdent à de nouvelles connaissances non disponibles dans leur pays d’origine. Celles-ci améliorent les capacités technologiques de la firme. Elles peuvent aussi être véhiculées à travers les frontières au sein de l’organisation des EMN et être capturées dans le pays d’origine. L’internationalisation des activités de R&D commença princi- palement dans les années 1970 et fut expliquée dans quelques études pionnières (Ronstadt, 1977; Terpstra, 1977; Mansfield et al., 1979; Lall, 1979 et Behrman et Fischer, 1980). Néanmoins, il faudra attendre les années 1990 pour voir apparaître une forte croissance mondiale des dépenses de R&D à l’étranger: entre 1995 et 2003, les dépenses de R&D sous contrôle étranger ont progressé de 110 pour cent (de 34 milliards...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.