Show Less

AutoBioPhagies

Series:

Edited By May Chehab and Apostolos Lampropoulos

De Feuerbach à Derrida, de la gastronomie au cannibalisme et de la saveur à la terreur, cette étude décline les différentes postures du sujet mangeant.
Plus précisément, et résolument ancré dans un corps placé au centre du présent volume, c’est d’abord un sujet phagique jouissif qui triomphe dans l’autobiographie gastronomique. Mais l’étude examine également les modalités d’apparition d’un sujet dysphorique, émietté, spectralisé ou vampirisé, aussi bien dans les littératures de l’éclatement de soi que dans les mises en spectacle des déchirements identitaires de l’art corporel. Les contributions permettent enfin de voir comment la métaphore (auto)phagique, pathologique chez les grands lecteurs, toujours digestive, voire stercoraire, se littérarise dans une quotidienneté diarique recyclée ad nauseam, se redéfini philosophiquement dans un rapport circulaire au monde et voit son essence sondée par la philosophie anti-idéaliste et postmoderne.
Enrichies de l’apport de disciplines différentes, les AutoBioPhagies aspirent en effet à réunir ce que la tradition occidentale a désuni : les deux fonctions principales de la bouche, celle de la parole et celle de la nourriture.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

III. BANQUETS DE SOI: RECYCLAGE, DIFFRACTION, SURSOMPTION 85

Extract

III. Banquets de soi: recyclage, diffraction, sursomption rois études déclinent, dans la présente section des «Banquets de soi» trois modalités autobiophagiques apparemment fort distinctes: Philippe Lejeune ausculte le palimpseste d’une entreprise de recyclage diarique dans «Claude Mauriac et l’écroulement du Temps immobile». Les multiples (auto)portraits à clé dans «Un étrange banquet méta-panta- physique, ou devinez qui vient dîner ce soir…: les tribulations du sujet dans l’Histoire des métamorphoses de Yannis Panou» sont désénigmatisés dans l’étude d’Anastasia Danaé Lazaridis sur la diffraction du moi. Natália Laranjinha, dans «Samuel Beckett: autophagie et émiettement du moi», convoque la dialectique hégélienne de la sursomption pour rendre compte de la fission de l’agrégat humain. Or ces études ont ceci de commun qu’elles postulent, recherchent et/ou contestent l’existence d’un centre compact de l’individu en recourant à une dialectique d’ingestion et de digestion de soi ou de l’autre. Chez Claude Mauriac, le «dur noyau inattaquable de nous-mêmes»1 qui est postulé résulterait autant d’une sorte de concentré de soi obtenu à la suite d’éliminations et de recyclages progressifs de parties relues de son journal, que de ce qui résiste à cette entreprise. Ce processus auto- biophagique monumental met en œuvre, comme le montre Philippe Lejeune, une «phénoménologie de la mémoire, montrant ses oublis et ses surprises»: la digestion ingère, rejette et garde, consciemment ou à son insu. Le mouvement, récursif en ce que Mauriac tient le journal...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.