Show Less

Au commencement était le verbe – Syntaxe, sémantique et cognition

Mélanges en l’honneur du Professeur Jacques François

Series:

Edited By Franck Neveu, Peter Blumenthal and Nicole Le Querler

Cet ouvrage réunit vingt-deux articles, portant sur la linguistique du verbe (morphologie, syntaxe, sémantique, pragmatique), mais aussi sur des questions de typologie des langues, de prosodie et d’analyse de discours. Des spécialistes reconnus de ces différents domaines ont ainsi souhaité rendre hommage au Professeur Jacques François, dont les recherches ont couvert un large périmètre et ont contribué activement au développement de la science linguistique au cours de ces vingt-cinq dernières années.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Bernard COMBETTESLa formation des locutions verbales : le cas des prédicats de« vécu interne » en ancien français 53

Extract

La formation des locutions verbales : le cas des prédicats de « vécu interne » en ancien français Bernard COMBETTES, Université Nancy 2 & UMR-ATILF 1. Introduction Les études de linguistique diachronique actuelles s’accordent à reconnaître dans l’évolution de l’ordre des éléments en français le passage d’un système à verbe second, caractéristique de l’ancien français, à un système dans lequel le verbe n’occupe plus une place fixe et peut être précédé d’un nombre non limité de constituants. Ce mouvement est souvent mis en rapport d’une part avec la disparition du marquage casuel et avec son remplacement par un système où la position des syntagmes joue un plus grand rôle, d’autre part avec le changement qui conduit d’une langue de type synthétique, telle que le latin, vers une langue de type analytique. Dans l’ensemble, les expli- cations proposées – en dépit de la diversité des positions théoriques (grammaire fonctionnelle pour Vennemann, grammaire générative pour Bauer, par exemple) – mettent en rapport deux domaines, en considérant que la relation s’opère de façon directe entre les faits de linéarisation et les facteurs d’évolution que nous venons d’évoquer. On peut légitimement se demander si la modification de l’ordre des constituants n’est pas en fait la conséquence de tendances plus profondes, qui concernent la structure même de l’énoncé. Ne prendre en considération que les faits de surface revient, au bout du compte,...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.