Show Less

Au commencement était le verbe – Syntaxe, sémantique et cognition

Mélanges en l’honneur du Professeur Jacques François

Series:

Edited By Franck Neveu, Peter Blumenthal and Nicole Le Querler

Cet ouvrage réunit vingt-deux articles, portant sur la linguistique du verbe (morphologie, syntaxe, sémantique, pragmatique), mais aussi sur des questions de typologie des langues, de prosodie et d’analyse de discours. Des spécialistes reconnus de ces différents domaines ont ainsi souhaité rendre hommage au Professeur Jacques François, dont les recherches ont couvert un large périmètre et ont contribué activement au développement de la science linguistique au cours de ces vingt-cinq dernières années.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Salah MEJRIL’opacité des séquences figées 373

Extract

L’opacité des séquences figées Salah MEJRI, Université Paris 13, LDI (UMR 7187)1 Introduction La littérature consacrée au figement est relativement abondante en matière de variation syntaxique, l’objectif étant de préciser si les SF sont totalement ou partiellement figées. Le terme employé pour désigner cet aspect est celui de degré de figement. Bien que cet aspect soit abondamment traité, on est encore loin d’avoir isolé les séquences totalement figées des autres et d’avoir créé un lemmatiseur des séquences qui admettent certaines varia- tions. Tout ce qu’on peut faire actuellement, c’est l’application d’un certain nombre de tests généraux et spécifiques aux SF, établis entre autres par M. Gross (1982), G. Gross (1996), S. Mejri (1997), D. Gaatone (2000), I. Mel’cuk (1984), A. Polguère (2008), A. Balibar-Mrabti (2005), B. Lamiroy (2010), etc. L’aspect sémantique des SF, quant à lui, demeure relativement ignoré. Comparativement à la dimension syntaxique, il n’a pas bénéficié d’autant d’intérêt. Si l’on excepte les travaux portant sur certains aspects généraux (cf. particulièrement Gréciano, 1983) ou certains types de sé- quences comme les proverbes (Kleiber, 2000 ; Anscombre, 2000 ; Tamba, 2000 ; Zouogbo, 2009 ; Mejri, 2001, 2006, 2008, etc.), les séquences nomi- nales (Mathieu-Colas, 1995, 1996), etc., l’on ne dispose pas actuellement de travaux qui font le point sur la structuration sémantique des SF en général et particulièrement sur leur transparence ou leur opacit...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.