Show Less

Le portrait individuel

Réflexions autour d’une forme de représentation XIII e -XV e siècles

Edited By Dominic Olariu

Les portraits de la fin du Moyen Âge diffèrent aussi bien des réalisations antérieures que de celles de la Renaissance. À la fois inscrits dans la tradition religieuse et reflétant une nouvelle vision du monde plus profane, ils se présentent comme des représentations novatrices de l’homme préfigurant les périodes ultérieures.
Par-delà les expressions (dévotion, réalisme, art de cour) qui évoquent habituellement ces portraits les actes du colloque réunissant les contributions de spécialistes internationaux en une approche moins convenue montrent comment le portrait fut au cœur de la pensée et de la production d’une époque charnière.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

167 EBERHARD KÖNIG LA RÉALITÉ DU PORTRAIT DANS LES MANUSCRITS ENLUMINÉS

Extract

167 1 Londres, British Library, Add. 18850, fos 256v, 257v : Eleanor P. Spencer, « The Master of the Duke of Bedford. The Bedford Hours », Burlington Magazine, 107, 1965, p. 495–502 ; Janet Backhouse, The Bedford Hours, Londres, British Library 1990, ill. 43, 47. Das Stunden- buch des Herzogs von Beford : Ms. Add. 18850 The British Library London, fac-similé, commentar- ies Eberhard König, Lucerne, Faksimile 2007. 2 Karlsruhe, Badische Landes bibliothek, Cod. Durlach 1 : Das Stundenbuch des Markgrafen Christoph I. von Baden. Codex Durlach I der Badischen Landesbibliothek , éd. Eberhard König / Gerhard Stamm, commen- taires scientifiques au fac-similé, Karlsruhe, Müller 1978. 3 Voir Caroline Zöhl, Jean Pichore. Buchma- ler, Graphiker und Verleger in Paris um 1500 (Ars nova 8), Turnhout, Brepols 2004. eBeRhaRD König La RéaLité Du pORtRait DanS LeS manuScRitS enLuminéS La réalité du portrait tenu entre ses propres mains par le personnage por- traituré et le rapport entre ce personnage et son portrait dans le livre – plutôt que le réalisme des portraits – constituent le sujet de cette étude. Je passerai sous silence des questions importantes. Mon propos n’est pas de savoir si par exemple Anne de Bourgogne et le duc de Bedford sont fidèle- ment représentés par le peintre anonyme, appelé le Maître de Bedford, qui dans les années 1420 ajoute deux superbes pages aux Heures de Bedford, conservées à Londres (ill. 1).1 Je laisse de côté aussi des exemples comme celui...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.