Show Less

Terminologie (II) : comparaisons, transferts, (in)traductions

Series:

Edited By Jean-Jacques Briu

Lorsqu’il s’agit de traduire des éléments de nomenclatures spécialisées, des unités linguistiques ou les concepts qui y sont attachés, on ne peut faire l’économie d’une analyse multiple du sens. Si les dictionnaires généraux sont impuissants à fournir des traductions utilisables et si les nomenclatures spécialisées sont inadéquates, c’est que le sens des mots est souvent complexe, participant de divers systèmes eux-mêmes complexes et que le travail d’analyse n’a pas été suffisamment développé. Parce que chaque langue est en interrelation nécessaire avec une « culture », réseau hypercomplexe de formes et de valeurs particulières, le problème de la correspondance se manifeste tout autant du côté linguistique dans la traduction ou l’intraduction, que du côté culturel dans la transculturalité.
Les contributions présentées à l’occasion d’un colloque international de terminologie en octobre 2010 à Paris Ouest Nanterre éclairent ces dimensions dans les domaines du droit, de la philosophie, de la presse et de la linguistique. Les études sont menées à partir d’une pluralité de langues : le français, l’allemand, l’espagnol, le latin et le grec, l’arabe et le russe.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Le concept de « Erdichtung » chez Nietzsche Angèle KREMER-MARIETTI 33

Extract

Le concept de « Erdichtung » chez Nietzsche Angèle KREMER-MARIETTI Maître de conférence, Université de Picardie Généralement, outre l’idée d’une fiction qui peut être mensongère (Lüge), Erdichtung peut évoquer une « imagination » (Einbildung), voire une « représentation » (Vorstellung), mais encore une « in- vention » (Erfindung), sans compter une « illusion » (Wahn) ou une « chimère » (Trugbild). Il faut retenir qu’on oppose facilement Er- dichtung à Wirklichkeit, c’est-à-dire l’illusion à la réalité ou bien en- core erdichtet, erfunden, fiktiv à wahr, le fictif au vrai. Partant du point de vue sémantique du terme allemand Erdich- tung, on peut constater qu’il enserre le terme Dichtung, dit « sans équivalent » dans les autres langues européennes1 et cumulant trois équivalents allemands différents : Literatur, Poesie, Fiktion ; mais Dichtung va bien au-delà de ces termes : d’où une densité appropriée à ce terme, proche de dicht, puisque nous ne pouvons pas ne pas noter que le terme Dichtung s’est constitué à partir de dichten2 et autour du terme dicht, traduisible en français par « épais » ou « dense ». La Dichtung se conçoit en tant que considérée, à travers dicht signifiant « dense » ou même « étanche », comme étant elle-même formée par la densité des strates qui composent ses différentes significations. A propos de ce contexte relatif, un commentateur signale, concernant une « liste de souvenirs » évoquée par un poète, qu’elle ferait « partie du processus mnémotechnique qui s’associe au procédé de condensa- 1 Certes, à l’exception des langues scandinaves, qui...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.