Show Less

Terminologie (II) : comparaisons, transferts, (in)traductions

Series:

Edited By Jean-Jacques Briu

Lorsqu’il s’agit de traduire des éléments de nomenclatures spécialisées, des unités linguistiques ou les concepts qui y sont attachés, on ne peut faire l’économie d’une analyse multiple du sens. Si les dictionnaires généraux sont impuissants à fournir des traductions utilisables et si les nomenclatures spécialisées sont inadéquates, c’est que le sens des mots est souvent complexe, participant de divers systèmes eux-mêmes complexes et que le travail d’analyse n’a pas été suffisamment développé. Parce que chaque langue est en interrelation nécessaire avec une « culture », réseau hypercomplexe de formes et de valeurs particulières, le problème de la correspondance se manifeste tout autant du côté linguistique dans la traduction ou l’intraduction, que du côté culturel dans la transculturalité.
Les contributions présentées à l’occasion d’un colloque international de terminologie en octobre 2010 à Paris Ouest Nanterre éclairent ces dimensions dans les domaines du droit, de la philosophie, de la presse et de la linguistique. Les études sont menées à partir d’une pluralité de langues : le français, l’allemand, l’espagnol, le latin et le grec, l’arabe et le russe.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Un cas d’« intraductibilité » : Le concept de « Droit » en arabe Raymond KASSIS 41

Extract

Un cas d’« intraductibilité » : Le concept de « Droit » en arabe Raymond KASSIS Maître de conférence H.D.R., Université Paris Ouest Nanterre, CRPM (EA 4418) La réflexion qui se déploie dans cet article s’articule autour de trois thèmes principaux. Les problèmes qu’elle évoque et les thèses qu’elle engage ne peuvent être abordés que succinctement, dans la mesure où leurs sphères d’investigation sont hétérogènes et où leurs contenus thématiques condensent et opposent de larges synthèses de travail. C’est pourquoi elle tient à avoir ici le statut d’une réflexion ou d’une élaboration de problématique tendant à être ultérieurement élargie avec plus de détails et de façon plus documentée. Le premier thème pose la question de savoir quelle est la condi- tion ultime qui fournit la possibilité de la traduction (traductibilité), et donc jusqu’où la mise au point de cette condition peut, au-delà des précautions indispensables vis à vis de la problématique de l’inter- culturalité et de la relativité spécifique de chaque langue empirique, s’arroger le droit d’être une science qu’on appelle « traductologie ». Nécessitée par un champ d’investigation premier en soi, dont la place se situe à la base de toute théorie épistémologique, cette ques- tion peut s’adresser à toute science élevant la prétention d’être une forme rigoureuse d’épistémè. Elle prend cependant ici une couleur toute particulière, dans la mesure où il est, en un sens,...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.