Show Less

Terminologie (II) : comparaisons, transferts, (in)traductions

Series:

Edited By Jean-Jacques Briu

Lorsqu’il s’agit de traduire des éléments de nomenclatures spécialisées, des unités linguistiques ou les concepts qui y sont attachés, on ne peut faire l’économie d’une analyse multiple du sens. Si les dictionnaires généraux sont impuissants à fournir des traductions utilisables et si les nomenclatures spécialisées sont inadéquates, c’est que le sens des mots est souvent complexe, participant de divers systèmes eux-mêmes complexes et que le travail d’analyse n’a pas été suffisamment développé. Parce que chaque langue est en interrelation nécessaire avec une « culture », réseau hypercomplexe de formes et de valeurs particulières, le problème de la correspondance se manifeste tout autant du côté linguistique dans la traduction ou l’intraduction, que du côté culturel dans la transculturalité.
Les contributions présentées à l’occasion d’un colloque international de terminologie en octobre 2010 à Paris Ouest Nanterre éclairent ces dimensions dans les domaines du droit, de la philosophie, de la presse et de la linguistique. Les études sont menées à partir d’une pluralité de langues : le français, l’allemand, l’espagnol, le latin et le grec, l’arabe et le russe.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

(In)comparabilité et (in)traductibilité des droits Sylvie MONJEAN-DECAUDIN 61

Extract

(In)comparabilité et (in)traductibilité des droits Sylvie MONJEAN-DECAUDIN Maître de Conférences, Université Paris Ouest Nanterre La Défense La mise en regard de la comparabilité des droits et de leur traductibili- té1 requiert à titre préliminaire de rapporter le sens donné aux termes « comparable » et « traductible ». Il est communément admis qu’est comparable ce qui peut être rapproché et mis en équivalence. Compa- rer, c’est examiner les rapports de ressemblance et de différence mais également rapprocher des choses ou des personnes de nature ou d’espèces différentes. A contrario, qu’entend-on par incomparable ? Ce qui ne peut pas être comparé à autre chose, qui n’a pas son sem- blable. Les choses sont incomparables lorsqu’elles sont complètement différentes2. A priori non, puisque le statut d’incomparable constitue l’échec de l’activité de comparaison. Toutefois, des comparatistes comme Yosiyuki Noda considèrent que « la diversité des manières de penser et de se comporter ne constitue pas un obstacle à la compré- hension mutuelle, mais nous aide plutôt à mieux comprendre en révé- lant à ceux qui réfléchissent sur les choses qu’un ordre harmonieux domine la diversité »3. Comparer l’incomparable est également une question qui ne relève pas uniquement de la discipline juridique, d’autres disciplines soulèvent ce paradoxe, comme l’histoire, l’anthro- pologie, la philologie. Des auteurs considèrent que l’incomparable peut être comparé4. 1 Les termes traductibles, traduisibles, intraductibles et intraduisibles seront em- ployés indifféremment et dans une acception...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.