Show Less

Terminologie (II) : comparaisons, transferts, (in)traductions

Series:

Edited By Jean-Jacques Briu

Lorsqu’il s’agit de traduire des éléments de nomenclatures spécialisées, des unités linguistiques ou les concepts qui y sont attachés, on ne peut faire l’économie d’une analyse multiple du sens. Si les dictionnaires généraux sont impuissants à fournir des traductions utilisables et si les nomenclatures spécialisées sont inadéquates, c’est que le sens des mots est souvent complexe, participant de divers systèmes eux-mêmes complexes et que le travail d’analyse n’a pas été suffisamment développé. Parce que chaque langue est en interrelation nécessaire avec une « culture », réseau hypercomplexe de formes et de valeurs particulières, le problème de la correspondance se manifeste tout autant du côté linguistique dans la traduction ou l’intraduction, que du côté culturel dans la transculturalité.
Les contributions présentées à l’occasion d’un colloque international de terminologie en octobre 2010 à Paris Ouest Nanterre éclairent ces dimensions dans les domaines du droit, de la philosophie, de la presse et de la linguistique. Les études sont menées à partir d’une pluralité de langues : le français, l’allemand, l’espagnol, le latin et le grec, l’arabe et le russe.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Instabilité terminologique et traductologique dans le domaine de la chimie organique Sandrine PERALDI 197

Extract

Instabilité terminologique et traductologique dans le domaine de la chimie organique Sandrine PERALDI Doctorante, Paris-Diderot La présente communication relève d’une thèse en linguistique théo- rique, descriptive et automatique menée à l’Université Paris-Diderot (Paris 7), sous la direction de John Humbley. Ces travaux se situent plus particulièrement dans le cadre de recherches menées en termino- logie et en linguistique de corpus, impliquant de fait une méthodologie bien spécifique que nous présenterons ci-après. Il semble en effet dif- ficile aujourd’hui d’analyser les unités terminologiques et le discours scientifique en général, sans s’appuyer sur des données authentiques et grandeur nature. De façon générale, nous nous intéressons à la structu- ration des connaissances et au traitement terminologique en langue de spécialité, le domaine d’application choisi étant la chimie organique et plus spécifiquement les mécanismes réactionnels. L’objectif de cette thèse est d’établir la multidimensionnalité du domaine ainsi qu’une instabilité terminologique (et traductologique) latente, associée à une réflexion sur les approches méthodologiques et les outils nécessaires à l’acquisition des connaissances et la structuration conceptuelle en chimie. Sandrine Peraldi 198 1. Introduction On estime souvent que le traitement terminologique de domaines techniques ou scientifiques, de par leur degré élevé de spécialisation et leur vocabulaire normé, s’avère moins problématique que celui des sciences humaines et sociales (droit, sciences économiques, psycholo- gie, etc.). En effet, sur un plan épistémologique, ces...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.