Show Less

Grotesque et spatialité dans les arts du spectacle et de l’image en Europe (XVIe--XXIe siècles)

Series:

Edited By Aline Le Berre, Florent Gebaude and Philippe Wellnitz

Le présent ouvrage esquisse un vaste panorama de la dramaturgie grotesque européenne, de l’Angleterre à la Pologne, en passant par la France, l’Allemagne et la Norvège, de l’époque préclassique aux créations postmodernes, en incluant le théâtre moderne et contemporain. Au-delà de l’examen des œuvres, les études réunies ici accordent une large place à la production scénique et au paratexte théâtral (frontispice et illustrations, didascalies…). Elles démontrent la variété des formes que peut prendre le grotesque et en même temps l’unité qui existe au sein de cette diversité. Le grotesque, dont les analystes ont souligné la polysémie, l’oscillation entre le rire et l’effroi, la violence et le dérisoire, le trop-plein et le trop-peu, est revisité à la lumière des théories contemporaines de l’espace – verticalité et profondeur, marge et frontières – et plus particulièrement de l’espace corporel et de l’espace théâtral. Le grotesque apparaît comme une catégorie à la fois esthétique et heuristique, un procédé d’écriture (textuelle, scénique, chorégraphique, photographique) antimimétique et une manière d’appréhender la réalité.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Espace, grotesque, scénographies Florent Gabaude/Aline Le Berre 3

Extract

Espace, grotesque, scénographies Florent GABAUDE/Aline LE BERRE Le grotesque est d’abord une catégorie visuelle et spatiale qui, transférée dans le champ littéraire, conserve l’iconicité de ses origines. Aussi ce mode de figuration et d’écriture trouve-t-il dans la «peinture vivante»1 qu’est le théâtre et dans les autres «arts de l’espace» un lieu d’expression privilégié. La parenté du grotesque et du théâtre est déjà manifeste dans le premier XVIIe siècle lorsque les imagiers croquent dans des «caprices» les person- nages-types de la commedia dell’arte ou, a contrario, lorsque le genre «muet» des «ballets grotesques» transfère les caricatures renaissantes de l’espace tabulaire à l’espace scénique. A la faveur du double tournant spatial et pictural des études culturelles contemporaines2, le grotesque peut être appréhendé à la fois topologiquement, comme «zone d’indiscernabilité, d’indécidabilité»3 liminale ou marginale, et typologiquement, dans l’hybri- dation ou la compénétration «chimérique»4 entre arts du visuel et de l’écrit. 1 Gotthold Ephraim LESSING: Laokoon oder über die Grenzen der Malerei und Poesie (1766), Stuttgart, Reclam, 1964, p. 28. 2 Cf. Edward William SOJA: Thirdspace. Journeys to Los Angeles and Other Real-and- Imagined Places, Cambridge/Oxford, Blackwell Publishers, 1996; Doris BACHMANN- MEDICK: Cultural Turns. Neurorientierungen in den Kulturwissenschaften (2006), Reinbek, Rowohlt, 32009; Bertrand WESTPHAL: La Géocritique. Réel, fiction, espace, Paris, Ed. de Minuit, 2007; Jörg DÖRING, Tristan THIELMANN (éd.): Spatial Turn. Das Raumparadigma in den Kultur- und Sozialwissenschaften, Bielefeld, transcript...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.