Show Less

Etudes de sémantique et pragmatique françaises

Series:

Edited By Louis de Saussure and Alain Rihs

Les articles rassemblés dans ce recueil sont issus d’une sélection de communications portant sur la sémantique et la pragmatique du français du colloque « Le français en contextes » de l’Association for French Language Studies, tenu à l’Université de Neuchâtel en septembre 2009. Ils apportent des éclairages nouveaux et des solutions inédites à un ensemble de problématiques classiques qui relèvent des dimensions sémantique et pragmatique du français. Qu’il s’agisse de définir les usages et interprétations des marqueurs aspectuo-temporels, des opérateurs modaux ou des quantificateurs, ou qu’il s’agisse de tracer les contours d’un matériau lexical difficilement saisissable (noms de couleurs ou noms d’idéalités), les auteurs apportent un soin particulier à l’identification des niveaux de sens ; ils s’emploient non seulement à distinguer les parts respectives du code et du contexte dans l’interprétation, mais, plus subtilement encore, examinent l’encodage sémantique sous l’angle de la sélection d’informations contextuelles qu’il implique.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Marcel VUILLAUME La construction «faillir + infinitif» 11

Extract

La construction «faillir + infinitif» Marcel VUILLAUME, CNRS et Université de Nice – Sophia Antipolis Introduction Faillir est couramment défini comme un auxiliaire de l’imminence contre- carrée, que Busuioc caractérise ainsi, en s’appuyant sur une citation qu’elle reprend à son compte: Comme il est couramment admis, l’imminence contrecarrée signifie «qu’une action engagée dans la voie de la réalisation n’a pas abouti alors qu’elle était prête à s’accomplir» (Cristea, T. 1978: 161). (Busuioc 2002) Plus loin, elle précise: Il y a […], au niveau du repérage temporel, un mouvement prospectif, mais qui a son origine dans le passé, soutenu par une sorte de conflit modal entre la certitude de la réalisation de l’action – puisque déjà engagée, posée en tant que telle – et le constat de sa potentialité suspendue, voire de sa non-réalisation effective, objective. L’effet de ce double découpage temporel et modal est que l’action est présentée comme une action qui «s’affirme et se nie en même temps» (Cristea, T., op.cit.: 161), comme ÊTRE ET NE PAS ÊTRE. Le fait qui empêche la réalisation effective de l’action n’a pas trop d’importance; ce qui importe, c’est cette conceptualisation bi- valente qui fait que le locuteur soit en quelque sorte «à califourchon» dans deux mondes – le potentiel, l’imaginaire qu’il met en place par anticipation à partir du passé, et le monde présent où la certitude de réalisation de cette potentialité est contredite. (Busuioc 2002: 2-3) Ces observations...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.