Show Less

Etudes de sémantique et pragmatique françaises

Series:

Edited By Louis de Saussure and Alain Rihs

Les articles rassemblés dans ce recueil sont issus d’une sélection de communications portant sur la sémantique et la pragmatique du français du colloque « Le français en contextes » de l’Association for French Language Studies, tenu à l’Université de Neuchâtel en septembre 2009. Ils apportent des éclairages nouveaux et des solutions inédites à un ensemble de problématiques classiques qui relèvent des dimensions sémantique et pragmatique du français. Qu’il s’agisse de définir les usages et interprétations des marqueurs aspectuo-temporels, des opérateurs modaux ou des quantificateurs, ou qu’il s’agisse de tracer les contours d’un matériau lexical difficilement saisissable (noms de couleurs ou noms d’idéalités), les auteurs apportent un soin particulier à l’identification des niveaux de sens ; ils s’emploient non seulement à distinguer les parts respectives du code et du contexte dans l’interprétation, mais, plus subtilement encore, examinent l’encodage sémantique sous l’angle de la sélection d’informations contextuelles qu’il implique.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

François NEMO & Mélanie PETIT Sémantique des contextes-types 379

Extract

Sémantique des contextes-types François NEMO et Mélanie PETIT, Université d’Orléans 1. Cadre de recherche Si un lieu commun a longtemps prévalu en sémantique, c’est bien que le contexte d’emploi des signes linguistiques relevait par définition de la prag- matique et que s’il pouvait peser sur l’interprétation de ceux-ci, ce processus demeurerait par définition extérieur à la sémantique et à la linguistique. Et si certains courants contemporains parmi les plus influents, notam- ment les sémantiques issues des linguistiques de l’énonciation, dans la me- sure où elles en arrivaient à situer l’emploi en quelque sorte en amont de la langue, conformément à la formule de Benveniste (1966: 131) selon laquelle «nihil est in lingua quod non prius fuerit in oratione», ont pu envisager une forme de conventionalisation des emplois et de leurs contextes, ils l’ont fait de façon sans doute trop générale, ce qui a permis aux tenants des sémantiques minimales jusqu’à très récemment, à l’instar de Borg (2004), de continuer à défendre l’idée selon laquelle les circonstances de l’emploi, quand bien même celui-ci est bien situé en amont de la langue, demeureraient non per- tinentes pour le sémanticien une fois que cet emploi s’est lexicalisé, ce qui rendrait inutile toute «use-based approach to semantics». C’est au contraire la pertinence d’une sémantique basée sur l’emploi que nous allons illustrer ici, en démontrant sur la base d’un travail empi- rique mené sur...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.