Show Less

Etat et bien commun

Perspectives historiques et enjeux éthico-politiques- Colloque en hommage à Roger Berthouzoz

Edited By Anto Gavric and Grzegorz W. Sienkiewicz

La notion d’Etat et celle de bien commun apparaissent aujourd’hui en constante confrontation du point de vue de leur finalité. Certes, le concept d’Etat naît avec la Modernité alors que celui du bien commun existe déjà dans l’Antiquité. Les rapports qu’ils entretiennent actuellement ne sont toutefois pas sans rappeler les questions éthiques autour de la notion de bonum commune qui se posent depuis la formation de la société publique.
Cet ouvrage invite à reprendre cette discussion dans un cadre pluridisciplinaire (philosophie, histoire, théologie, économie, droit, politique, médecine). Il met l’accent sur les questions philosophiques de l’utilisation de doctrines politiques du bien, de l’engagement social, des droits de l’homme, mais aussi de l’appréciation éthique quant aux modifications génétiques de l’être humain.
Les textes ici exposés constituent une tentative de retrouver un lien substantiel entre Etat et bien commun en proposant aux chercheurs et aux scientifiques d’assumer une responsabilité déontologique, conformément à leur mission au sein de la société.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Le bien commun dans l’enseignement du Magistère de l’Eglise - Georges Card. COTTIER 165

Extract

Le bien commun dans l’enseignement du Magistère de l’Eglise GEORGES CARD. COTTIER Introduction La notion de bien commun occupe une place centrale dans la doctrine sociale de l’Eglise. D’une manière spontanée et confuse, chacun perçoit qu’elle signifie une communauté d’intérêts et de valeurs caractérisant les membres d’une société donnée ainsi que la responsabilité à son égard qui incombe à chacun. Mais dès qu’on entreprend d’en analyser avec plus de précision le contenu, les difficultés se présentent. On convient, certes, qu’un mini- mum de prestation est requis de chacun pour le fonctionnement de la machine sociale. Cependant les duretés de la vie en société, l’âpre esprit de compétition qui la marque aujourd’hui, ses violences, à quoi s’ajoute une mentalité individualiste, font qu’on accueille avec scepticisme sa simple mention. A la limite, celle-ci est reçue comme une exhortation édifiante dont l’inefficacité est d’avance escomptée. En vérité, derrière la méfiance réservée à ce concept-clef, nous trou- vons, outre l’expérience que j’ai évoquée, une série d’erreurs et de pré- jugés, dont nous aurons à dire un mot. Si nous nous arrêtons à la formule elle-même: le bien commun, nous voyons qu’elle nous oriente vers des composantes essentielles de la vie sociale. On peut, en effet, paraphraser: un bien possédé en commun ou un bien qui est à rejoindre en commun. Un bien, c’est-à-dire une pléni- tude, un...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.